Machinisme et équipements

La bineuse Claydon TerraBlade vise un désherbage en post levée

La nouvelle bineuse TerraBlade a pour objectif de contrôler les mauvaises herbes dans les cultures implantées en lignes.

La nouvelle machine Claydon a été mise  au point patiemment sur les propres terres de la famille Claydon, en Angleterre. Son but est aussi de faire contrepoids aux baisses d’efficacité de certaines molécules herbicides, et de réduire globalement le coût du désherbage sur certaines cultures, comme le colza. La bineuse TerraBlade s’intègre ainsi au système Claydon de semis direct en bande voulu plus écologique et plus durable que les systèmes classiques d’implantation. Tous les détails avec Oliver Claydon, le directeur opérationnel de la société familiale.

Claydon mettra sur le marché le modèle 6,00 m de la TerraBlade cet hiver mais envisage de mettre au catalogue courant 2018 des largeurs correspondantes au reste de sa gamme de semoirs Hybrid, qui s’étend jusqu’à 8 mètres.
Claydon mettra sur le marché le modèle 6,00 m de la TerraBlade cet hiver mais envisage de mettre au
catalogue courant 2018 des largeurs correspondantes au reste de sa gamme de semoirs Hybrid, qui s’étend jusqu’à 8 mètres.

« Les herbicides ont longtemps permis de contrôler les mauvaises herbes de manière efficace, admet Oliver, mais certains produits ont perdu de leur fiabilité et de leur compétitivité. Les agriculteurs s’inquiètent aussi de l’abandon potentiel du glyphosate. Des méthodes alternatives de désherbage doivent absolument être mises en place, sachant que les firmes de la phytopharmacie ont peu de nouveautés en attente. Claydon, en tant que leader de l’implantation des cultures en semis direct, devait proposer quelque chose.»

Si le binage est une pratique courante sur maïs, tournesol ou betteraves, il était rendu risqué dans les céréales et autres espèces généralement semées en lignes à 12,5 cm d’écartement. Le strip-till en bandes, marque de fabrique de Claydon avec ses lignes semées tous les 30 cm, laisse un couloir de  14 à 15 cm « binable » mécaniquement dans l’inter-rang. Les agriculteurs disposeraient donc ainsi d’une nouvelle opportunité d’éliminer des mauvaises herbes sans recours à la chimie.

Le binage interrang déracine les mauvaises herbes : entre ces rangs d’orge de printemps, on voit ici du vulpin en train de disparaitre.
Le binage interrang déracine les mauvaises herbes : entre ces rangs d’orge de printemps, on voit ici du vulpin en train de disparaitre.

“Nos propres essais, poursuit Oliver Claydon, en complément d’herbicides, nous prouvent qu’une bineuse TerraBlade peut se rentabiliser rapidement. Le binage est une bonne pratique contre le développement des résistances aux herbicides de certaines mauvaises herbes. Globalement, la bineuse Claydon est simple, bonne au plan agronomique et ne devrait pas générer des coûts d’exploitation élevés.»

Le binage vient étoffer le système Claydon de semis direct en bande

Si les fermes Claydon ont réussi à se tenir à l’écart de problèmes sérieux de désherbage, c’est qu’elles ont su agrandir leur surface en cultures de printemps et qu’elles appliquent à la lettre le système Claydon. Ce dernier combine des passages post-moisson de herse à paille Claydon ou de bêches roulantes TerraStar selon les cas, dans le but de faire germer un maximum de graines d’adventices entre semis entre récolte d’été et semis d’automne au Claydon Hybrid.

“Ensuite, détaille Oliver Claydon, nous intervenons avec la bineuse TerraBlade pour nettoyer l’inter- rang à un stade assez précoce de la culture, et particulièrement dans  les zones dont on  sait qu’elles ont un souci de mauvaises herbes… Nous parvenons ainsi, année après année, à épuiser le stock semencier de chaque parcelle. »

Jeff Claydon, l’inventeur du système de semis à dents qui porte son nom, ici dans une parcelle de blé tendre d’hiver qui a reçu des passages de bineuse TerraBlade. “ Les mauvaises herbes ont été quasiment intégralement détruites dans l’interrang. Nous dépendons moins des herbicides”
Jeff Claydon, l’inventeur du système de semis à dents qui porte son nom, ici dans une parcelle de blé tendre d’hiver qui a reçu des passages de bineuse TerraBlade. “ Les mauvaises herbes ont été quasiment intégralement détruites dans l’interrang. Nous dépendons moins des herbicides”

15 années en continu de semis direct laissent chez les Claydon un sol ferme pour que le passage de la bineuse n’occasionne pas de dégâts, même tôt en saison, parfois dès l’automne en post levée des céréales. Le constructeur se soucie aussi de la concurrence des mauvaises herbes, sur le rang cette fois-ci, en évaluant le bénéfice d’une dose de semis renforcée.

Jusqu’à 40 ha/jour en 6,00 m

La bineuse TerraBlade a été conçue pour être attelée à l’avant de tout tracteur doté d’un attelage Cat II et pour intervenir en guidage manuel à 30 mm de profondeur en étant poussée à une vitesse de 6 km/h environ. Elle permet ainsi, en 6 mètres de largeur, de couvrir jusqu’à 40 ha/jour. C’est un tracteur Claas Axion de 177 chevaux équipé de pneumatiques assez classiques de 600 mm de large qui est utilisé chez les Claydon.

Blé en végétation haute après binage précoce de l'interrang.
Blé en végétation haute après binage précoce de l’interrang.

Là où on préfère le semis précoce des céréales, la bineuse pourrait être employée à l’automne puis  une seconde fois dès que les sols le supportent et jusqu’à ce que les passages n’endommagent pas  les plantes.

“En fait, explique Oliver Claydon, on peut faire un usage opportuniste de la bineuse TerraBlade car sa mise en œuvre est extrêmement souple et rapide.”

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer