CulturesFinistère

Des légumes pressés de donner leur jus

Agrival, filiale de la Sica de Saint-Pol-de-Léon (29), lance cette semaine une gamme de jus de légumes alliant plusieurs saveurs. Une première pour ce marché.

Ce n’est pas de la soupe froide type gaspacho, ni un smoothie. C’est bel et bien un jus de légumes. Se désaltérer avec une boisson au goût de chou-fleur ? C’est désormais possible grâce à la gamme Green4You développée par Agrival, société spécialisée dans la fabrication d’ingrédients d’origine végétale. « L’objectif est de valoriser les légumes, de façon un peu décalée, avec des ingrédients issus de la gamme Prince de Bretagne », explique Jean-François Jacob, président d’Agrival. Il poursuit : « Nous y travaillons depuis 2011, pour concilier tradition et innovation au service du consommateur, tout en rajeunissant la marque Prince de Bretagne ». La large gamme de légumes cultivées dans les champs bretons laisse libre champ à l’imagination. Pour l’instant, 6 saveurs sont commercialisées. « Nous ne travaillons pas un mais plusieurs produits. Chaque producteur de légumes du territoire est concerné ».

De gauche à droite : Loïc Le Bail, chef cuisinier ; Jean-François Jacob, président d’Agrival et André Edern, directeur.
De gauche à droite : Loïc Le Bail, chef cuisinier ; Jean-François Jacob, président d’Agrival et André Edern, directeur.

Production et conception locale

Un des points forts de la gamme Green4You reste son ancrage territorial. Du début jusqu’à l’aboutissement du projet, des partenaires locaux ont été sollicités. « L’étude de marché a été réalisée par une étudiante de l’Isffel. Pour les recettes, nous nous sommes appuyés sur Loïc Le Bail, chef cuisinier étoilé, avec qui nous avons réduit la gamme de 20 à 6 références », se souvient André Edern, directeur d’Agrival. Restait à trouver un mode de conservation qui n’altère pas les qualités gustatives des jus. « La pasteurisation est possible, mais en chauffant un jus de légume on obtient plutôt une soupe. Nous avons opté pour la pascalisation : les jus mis en bouteille sont enfermés dans une cuve remplie d’eau, et où on applique une pression de 6 000 bars, pendant quelques minutes. Ensuite, la décompression rapide fait exploser les micro-organismes, et porte la date limite de consommation à 30 jours ».

Touche sucrée avec des fruits

Concernant les produits frais, pas la peine de chercher bien loin. « Nous travaillons en circuit court, avec les légumes des champs des producteurs de la région. La ligne de production est sur place, à Plouénan (29) ». La cellule marketing de la Sica, en collaboration avec l’agence de communication Octobre, de Morlaix (29), ont créé l’emballage. La touche sucrée des boissons est apportée par quelques fruits, « mais nous souhaitions ne pas avoir de fruits exotiques. Les légumes représentent un minimum de 50 % dans la recette, les fruits sont locaux de type pomme ou framboise.

Une technologie d’avance
La fabrication de ces jus de légumes inédits n’a « pas d’équivalent aujourd’hui sur le marché. Notre chance reste la gamme de légumes Prince de Bretagne large. Il y a de quoi travailler. On nous demande déjà une gamme biologique, et nous réfléchissons à d’autres débouchés, comme en associant la mer et la terre, les algues et les légumes », annonce Jean-François Jacob. Si les premières réponses ont été positives pour ces jus de légumes, les responsables se veulent patients, en attendant que le marché se familiarise avec cette nouveauté bretonne.

Les 6 recettes mises au point par l’équipe sont : Tomate-poivron-oignon, Chou-fleur-pomme-céleri rave, Courgette-pomme-poireau, Concombre-framboise-estragon, Concombre-pomme-brocoli, Carotte-concombre-rhubarbe.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer