CoopérativesCultures

Moisson 2017 : veillez au grain

Après quatre années excédentaires et de production mondiale record, la moisson 2017 est attendue en repli chez les principaux exportateurs de la planète. Zoom sur les perspectives de marché pour cette nouvelle campagne.

Les rendements exceptionnels de 2016 en Mer Noire, aux USA, et en Australie sont attendus à la baisse pour revenir vers la moyenne quinquennale. Parallèlement, le marché a fait son travail et les prix bas du blé ont poussé les farmers américains à baisser les surfaces au profit de cultures plus rentables comme le soja. L’assolement de blé est au plus bas depuis un siècle aux États-Unis.
La demande mondiale devrait être présente avec une consommation importante. Ainsi, les stocks de blé sont attendus en baisse de 10 millions de tonnes chez les 7 principaux pays exportateurs selon l’USDA.

L’origine Mer Noire est devenue la première région exportatrice au monde de céréales à paille.
L’origine Mer Noire est devenue la première région exportatrice au monde de céréales à paille.

Weather market

Depuis une semaine, la météo s’est aussi invitée dans le marché. Les températures très chaudes sur l’Europe de l’Ouest et particulièrement en France et en Espagne font craindre l’échaudage de blés et triticales. Ces deux cultures sont à un stade critique, contrairement aux orges d’hiver. Les productions françaises et européennes sont directement impactées et les cours ont progressé de plus de 13 €/t en quelques jours.
À ce constat haussier, il doit être rappelé avec insistance que nous évoluons dans un marché mondial. Comme nous l’a rappelé pour la campagne 2016, la récolte catastrophique française n’a pas pu limiter à elle seule la baisse du prix mondial du blé. La météo doit aussi être suivie avec attention chez les autres pays exportateurs. On parle de conditions sèches sur les blés de printemps aux USA qui se dégradent.

Les températures au dessus de 35°C font apparaître des ronds blancs dans les champs. L’échaudage des cultures empêche le bon remplissage des grains, et impacte le rendement.
Les températures au dessus de 35°C font apparaître des ronds blancs dans les champs. L’échaudage des cultures empêche le bon remplissage des grains, et impacte le rendement.

Ainsi que du déficit hydrique sur l’Australie. Cependant, en Russie et en Ukraine, les cultures sont dans un bon état à ce jour. Les stocks de fin de campagne 2016 sont confortables. L’origine Mer Noire est devenue la première région exportatrice au monde de céréales à paille. Sans incident climatique dans cette région dans le mois à venir, il est probable que l’on retrouve l’agressivité traditionnelle des prix de cette origine en début de campagne. Cette région essaye d’exporter un maximum avant l’arrivée du maïs et de l’hiver. Donc, on peut s’attendre à une pression de dégagement à la moisson, avant une reprise progressive des cours sur le reste de la campagne avec un bilan mondial plus tendu.

Les facteurs macro-économiques, comme les parités monétaires ou le prix du pétrole, ont aussi une incidence sur le prix des céréales. Tous ces facteurs doivent être pris en compte pour déterminer sa stratégie de commercialisation.

Une offre commerciale large

Le stockage de céréales est déterminant pour profiter d’une hausse des cours sur une campagne. Triskalia met à disposition de ses adhérents un réseau de proximité très important, accompagné d’une offre commerciale très complète. Elle met historiquement en avant le prix de campagne. L’acompte à la moisson est suivi de compléments de prix pendant la campagne selon le marché. Cette année encore, l’offre d’engagement prix de campagne a permis de dépasser la moyenne des prix de l’année. Et cela sans aucun stress de marché !

Une offre plus autonome pour l’agriculteur existe avec les contrats opportunité et options stock. Ils permettent une fixation de prix quotidienne avant ou après récolte selon les évolutions du marché.  Triskalia continue d’innover avec une nouvelle offre de prix minimum garanti pour ses adhérents. De plus, de nombreuses primes existent pour optimiser la valorisation des adhérents de la coopérative.  Devant la volatilité du marché, le maître mot est de diversifier son risque… et de veiller au grain.

Valorisation finale du blé récolte 2016
  • Prix de campagne engagé : 147 €/t
  • Prix de campagne engagé en échange céréales aliment : 155 €/t

Matthieu Cadart – Triskalia

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer