CoopérativesPolitique et Syndicalisme

“Plus de jeunes dans les coopératives”

Les responsables de JA Bretagne souhaiteraient que davantage de jeunes soient acteurs de la gouvernance des coopératives. Pour en débattre, ils ont invité des administrateurs rompus à l’exercice à leur assemblée générale.

« Dans un monde qui bouge très vite, la coopérative est aujourd’hui souvent décriée ou incomprise. Il y a un véritable besoin de faire reconnaître à nouveau l’esprit coopératif aux futurs agriculteurs », démarre José Jaglin, membre de Jeunes Agriculteurs Bretagne. À l’occasion de l’assemblée générale du syndicat régional à Châteaulin, jeudi 23 mars, ses responsables avaient décidé de débattre de la place des jeunes dans les outils coopératifs. « Il faut favoriser notre engagement dans les coopérative et dans leur gouvernance. D’autant que le passage par JA  au préalable est une excellente école de formation pour se préparer à être acteur d’un conseil d’administration », poursuit le président Jean-Paul Riault.

La moyenne d’âge de l’administrateur tourne autour de 53 ou 54 ans

Mais entre le bon vœu et la réalité, il y a parfois un fossé. « Les résultats d’audit sur plus de 1 000 coopératives en France sont sans appel : la moyenne d’âge de l’administrateur tourne autour de 53 ou 54 ans », précise Gilles Bars, vice-président de Triskalia et en charge des « groupes jeunes » chez Coop de France Ouest. « Nous travaillons à la mise en relation des jeunes coopérateurs. Rapprocher les futurs administrateurs pour qu’ils se connaissent car c’est une condition pour que les femmes et les hommes puissent construire ensemble ensuite. » Au Space, un partenariat a également été signé pour intégrer deux administrateurs stagiaires JA dans le réseau Coop de France.

« Des administrateurs exemplaires »

Pour Damien Rousselière, professeur d’économie à l’Agrocampus Ouest, les raisons de s’engager sont diverses : « La conjoncture économique. La nature de l’exploitation qui permet plus ou moins facilement de se dégager du temps. La tradition familiale pèse beaucoup. Mais aussi la personnalité des dirigeants de la structure : le côté exemplaire attire. »

Thierry Houël, producteur de porc, a coécrit le rapport d’orientation sur la coopération de JA National. « Je pense d’abord que pour rentrer dans un conseil d’administration, il faut une certaine exemplarité sur son exploitation, que celle-ci soit bien tenue et tienne la route économiquement. Nous avions également proposé de limiter l’âge des présidents. Pour moi, si au bout de 10 ou 15 ans de mandature, tu n’as pas mené ce que tu prévoyais, il est temps de laisser la place. » À ses côtés, Christophe Levavasseur, producteur de lait dans la Manche et président des Maîtres laitiers du Cotentin, n’est pas vraiment d’accord.

« Je suis président depuis 17 ans et je ne me sens pas comme un baron. L’approche des jeunes vis-à-vis des coopératives, des Cuma a changé car ils ne les ont pas créées. Mais nous les incitons à participer à la vie de la structure par des visites, des journées de formation, des voyages organisés à l’étranger… » Il concède qu’il faut intégrer les jeunes pour remplacer les anciens administrateurs, mais dans une certaine limite. « 50 % de mon conseil d’administration a été renouvelé en 5 ans. C’est trop rapide. Les anciens sont nécessaires pour raconter l’histoire qui fonde une coopérative. »

En conclusion, Christophe Levavasseur a rappelé l’importance pour les jeunes, et tous les membres de conseil d’administration « de s’ouvrir et d’aller voir ailleurs » en poussant les portes des entreprises et en mettant les pieds dans le maximum d’assemblées et de réunion. Et joignant le geste à la parole, il a terminé en invitant les JA Bretagne à venir découvrir son entreprise et l’économie de son département.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer