Machinisme et équipements

Un épandage net et précis

Différents constructeurs ont répondu présent à l’invitation du bassin versant de l’Yvel-Hyvet et de la FDCuma du Morbihan, pour démontrer la précision de leurs épandeurs.

« La question de la gestion de l’azote est une de nos préoccupations, c’est pourquoi nous avons choisi de réaliser une démonstration d’épandage précis de fumier », introduit Sophie Moisan, animatrice sur le bassin versant de l’Yvel-Hyvet, dans une parcelle mise à disposition par Michel Julard, agriculteur à Taupont (56). Les nouveautés et la technologie des constructeurs assurent un travail de qualité, et mieux vaut être rigoureux quand la réglementation oblige d’effectuer des épandages « à 35 m des cours d’eau, limite qui peut être réduite si une bande enherbée est mise en place ».

De l’or dans les fumières

La valeur fertilisante des produits résiduels organiques (PRO) intéressante et économique est comparée à une fertilisation minérale. « La tonne d’ammonitrate 33,5 est passée en 10 ans de 270 € à 310 €. Pour un apport de 150 kg de ce fertilisant, le coût total est estimé à 48 €/ha. Pour un lisier de porc, il descend à 38 €, épandage compris. Pour un fumier, le coût s’élève à 47 €, compte tenu de la présence de 2 tracteurs et de la puissance supérieure demandée », calcule Christopher Brachet, de la fédération des Cuma du Morbihan. Il conclut en rappelant « qu’il est cohérent de valoriser ces produits ».
Les épandeurs ont été testés avec du fumier de bovin, à raison de 30 t/ha, et du fumier de volaille, à 4 t/ha.

On vient justement de visiter l’usine Chevance, on vous y emmène ?

 

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer