La saison des premiers pâturages

chemin paturage - Illustration La saison des premiers pâturages

Nouvelle campagne des « Rendez-vous de l’herbe » avec 4 éleveurs bretons qui témoigneront chaque mois de leurs pratiques autour de ce fourrage bon marché. Première halte, dans le Finistère. Chez Claudette et Philippe Cloarec, à Hanvec, à l’ouest des Monts d’Arrée (29), les 48 vaches laitières et génisses sont à l’étable depuis le 28 décembre dernier, début du tarissement. Elles sortent tous les jours (de 11 h à 15 h) sur une même parcelle, « afin qu’elles prennent l’air et, pour nous, de pailler et de mettre de l’ordre dans le bâtiment ». Plus de rusticité grâce au croisement Cette parcelle sera sursemée au printemps en trèfle blanc, chicorée fourragère et plantain. Tout comme les pâtures, la salle de traite est aussi au repos : « Nous fermons la salle de traite pendant deux mois environ, et ce, depuis neuf ans. » Ce repos hivernal et la pratique de la monotraite répondent autant aux préoccupations des éleveurs (prendre du temps pour soi et sa famille) que pour le bien-être des animaux (longévité, renforcement de la santé…).  La reprise de la vente à la laiterie se fera la fin du mois de mars, après les premiers vêlages, prévus entre le 15 et le 18 février. « Les vêlages tardent un peu cette année, à cause de la météo exécrable du printemps dernier. Les vaches ont eu plus de difficultés de fécondité ». De race Prim’Holstein à l’origine, le troupeau a évolué vers un métissage complet à trois voies (Prim’Holstein néo-zélandais – Jersiais – Rouge scandinave) pour gagner en rusticité et en fertilité. Les vaches sont d’abord inséminées pendant environ 6 semaines, puis un taureau vient « rattraper le coup », si besoin. Les génisses sont mises au taureau vers le 15 mai pour un vêlage à 2 ans. 59 €/1…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Tags :
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article