Élevage

Désaisonner les chevrettes avec un traitement lumineux

Régis Desaize, agriculteur à Trémeheuc (35), reconvertit son exploitation de vaches en chèvres laitières, avec des mises bas en période désaisonnée, programmées pour la mi-août.

Après 16 ans d’activité, Régis Desaize s’est beaucoup interrogé sur la poursuite de l’atelier bovin lait. Difficile de vendre un outil de production en période de crise. Aussi, pour rester agriculteur, il lui fallait trouver une autre production pour se remotiver. « Et c’est en visitant des exploitations caprines que j’ai eu un véritable coup de foudre », explique l’éleveur. Et cela tombe plutôt bien. Eurial, la branche lait d’Agrial, recherche sur le Grand Ouest 25 millions de litres pour consolider sa place de leadership sur le marché français.

Des vaches aux chevrettes

130 chevrettes saanen âgées de 15 jours, issues d’insémination, d’un troupeau suivi au Contrôle laitier et avec des garanties sanitaires, sont ainsi arrivées le 8 septembre dans l’ancien bâtiment génisses réaménagé. « L’objectif est de maintenir ce lot désaisonné, avec des mises bas à la mi-août, à une période où le travail saisonnier est plus calme et les conditions météorologiques sont optimales pour la croissance des chevrettes. » Un petit lot pour démarrer, « apprendre le métier de chevrier », avant l’arrivée du reste du troupeau (180 chevrettes), en février, nées en saison naturelle. Ces dernières seront menées en lactation longue, pour constituer un seul lot de reproduction, en mars 2019. La traite des vaches s’arrêtera en mars 2017, pour aménager la salle de traite en ligne haute avec décrochage automatique, en passant ainsi d’une 2 x 5 à une 2 x 24 postes. Les vaches seront engraissées et vendues.

Alors, pour pouvoir mettre à la reproduction en avril prochain des chevrettes qui seraient normalement en anœstrus (absence de chaleurs chez la femelle), Régis Desaize et sa femme Carine ont opté pour la mise en place d’un protocole lumineux.

Régis Desaize, agriculteur à Trémeheuc (35), devant l’aire paillée de 6 mètres de large, où ont été aménagées 2 rangées de néons Led simple tube. Un treuil permet de nettoyer et d’entretenir les néons au sol.
Régis Desaize, agriculteur à Trémeheuc (35), devant l’aire paillée de 6 mètres de large, où ont été aménagées 2 rangées de néons Led simple tube. Un treuil permet de nettoyer et d’entretenir les néons au sol.

21 néons Led fixés sur un câble mobile

Pour cela, ils ont fixé des néons sur un câble, qu’ils peuvent descendre avec un treuil, pour une facilité d’utilisation. Le montage, le nettoyage et l’entretien se réalisent au sol. Particularité, ce sont 21 néons Led simple tube * (80 €/néon et 400 € de pose par un professionnel) qui ont été choisis. Un câble est nécessaire pour une largeur d’aire paillée de 3-4 mètres. Les néons sont placés sur ce câble à raison d’1,50 m l’un de l’autre pour que l’œil de l’animal capte partout une luminosité de 200 lux. Un programmateur règle l’éclairement de 6 h à 22 h jusqu’au 8 février pour simuler 90 jours « longs » (16 h de jour), de novembre à janvier. Ensuite, les animaux seront en jours courts (< 12 h de jour), pendant 60 jours, avant l’introduction des boucs dans les lots pour déclencher les chaleurs. « Un implant de mélatonine sera posé dans l’oreille de chaque chevrette pour assurer la réussite du protocole ». À terme, les adultes ne recevront pas cet implant.

* Les néons fluo nécessitent des doubles tubes.

200 lux minimum nécessaires
Nous avons tâtonné et mesuré avec un luxmètre pour trouver la bonne répartition nécessaire des néons Led simple tube pour obtenir 200 lux minimum à hauteur des yeux des animaux. En l’absence de translucides, les murs ont été blanchis pour mieux refléter la lumière sur le bord du bâtiment, là où les animaux s’allongent. 200 lux : c’est un des critères à surveiller pour garantir le succès du protocole. Le second consiste à bien respecter les horaires d’éclairement. Aucune lumière ne doit intervenir en dehors des plages horaires, que ce soit en jours «courts» ou en jours « longs ».Julie Deschaume, conseiller caprin, Eilyps
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer