Côtes d'ArmorPolitique et Syndicalisme

La baisse de charges ne remplace pas le prix

Pour la dernière session de la Chambre d’agriculture présidée par Olivier Allain, les débats se sont, sans grande surprise, étendus sur des délibérations relatives à l’environnement et à la détresse économique.

« En 2015, il y a eu 1 700 dossiers de Fond d’allégement des charges (Fac) déposés dans les Côtes d’Armor »,  rapportait Yvon Boutier, élu à la Chambre d’agriculture, pour illustrer la gravité de la crise agricole. Ils sont en cours de traitement (629 ont été retenus selon le préfet Pierre Lambert, pour une enveloppe de 4,8 millions d’euros) et FranceAgrimer a commencé (enfin) à verser des aides. « En Bretagne, c’est 7 000 dossiers Fac, soit 20 % des exploitations. Et 2016 s’annonce bien plus difficile… »

Le président Olivier Allain poursuivait : « Je souffre de voir comment on a pu autant maltraiter l’agriculture en Europe. Je ne crois pas à la main invisible du marché qui réglerait tout. Je suis partisan de l’interventionnisme public, nécessaire pour retrouver des prix dignes de ce nom. Même les États-Unis ont mis en place un système de garantie de marge en lait… Avec des productions plus contingentées, ce serait plus vivable, il y aurait plus de paysannerie. » Dans l’assemblée, des syndicalistes rejoignaient l’idée « d’un besoin de retrouver des formes de régulation ».

Pas de contrôle dans les situations les plus délicates

Une cellule de crise portée par la Chambre d’agriculture et divers partenaires, notamment la MSA, va être mise en place ce mois-ci pour mieux suivre les dossiers des agriculteurs en difficulté. Le préfet Pierre Lambert a demandé à ses services administratifs « que les agriculteurs suivis par cette cellule ne soient plus contrôlés. »

Plan d’urgence ou de restructuration ?

En revanche, dans le Plan Valls (« ou plan Beulin », ironisait Jean-Marc Thomas), les représentants de la Confédération paysanne et de la Coordination rurale ne voyaient « tout simplement qu’un vaste plan de restructuration ». Pierre Lec’Hvien s’expliquait : « Une baisse des charges sociales, c’est avant tout un cadeau à ceux qui dégagent le plus de revenus. Ceux aux situations les plus difficiles n’en profiteront même pas. » Pour le préfet Lambert, « cet allégement de charges de 64 millions d’euros en Bretagne n’est pas neutre. » Les producteurs, qui font vite le calcul ramené à l’exploitation (33 000 structures dans la région) sont bien plus sceptiques : moins de 2000 €… Le président de la FDSEA, Didier Lucas rappelait : « Quoique fassent le Gouvernement, l’Administration, la MSA ou la Chambre d’agriculture, il n’y a que par du prix que nous sortirons de là. Nous avons besoin d’un retour financier rapide sur nos exploitations. Ce que Stéphane Le Foll et le Conseil régional ont annoncé lundi, c’est du long terme, ce qui aurait dû être réglé il y a déjà 10 ans… »

« Une situation financière très saine »

« Confondant budget prévisionnel et comptes financiers », un article publié il y a quelques mois dans la presse quotidienne avait annoncé que « la Chambre d’agriculture était en faillite ». Avant de quitter son mandat, Olivier Allain a tenu à rétablir la vérité, chiffres à l’appui, en présentant le dernier bilan de l’institution : « Il n’y a tout simplement jamais eu autant de fonds propres et de fond de roulement, respectivement plus de 8 millions d’euros et 87 jours… Pour un résultat qui atteint sur cet exercice 489 000 euros. »

Relèvement du seuil d’enregistrement à 400 vaches

À la Confédération Paysanne on dénonce également une manœuvre pour imposer en catimini, au milieu des mesures d’urgence, le relèvement du seuil d’enregistrement (installations classées) de 200 à 400 vaches. « À combien cela va-t-il profiter ? À une poignée de personnes dans un département qui prône une agriculture familiale et nombreuse… » En Côtes d’Armor, l’élevage moyen compte environ 80 laitières, « faudra-t-il doubler ou quadrupler son cheptel demain ? Et encore plus sélectionner les gens ? Tant qu’il n’y aura pas de prix, cela n’avancera pas », martelait à son tour Pierre Lec’Hvien.

Alain Tiengou, élu à l’environnement, recentrait : « Le niveau de seuil n’enlève rien à la qualité  d’un dossier d’un point de vue environnemental. L’idée, c’est simplement que les regroupements de 3 ou 4 fermes, les Gaec à 5 ou 6 associés ne soient pas freinés… Ce n’est pas un appel au gigantisme. Cela s’inscrit dans une démarche d’adaptabilité des structures. » Didier Lucas le rejoignait : « Oui, si on veut des conditions de travail et sociales acceptables, il faut que certains puissent s’associer et disposer de temps de repos. » Jean-Paul Hamon, chef du service Territoire, économie et environnement à la Chambre, voyait, lui, pour tous les projets jusqu’à 400 vaches « une économie sur les procédures et l’abandon du régime de contrôle périodique dont le coût est à la charge de l’agriculteur… » Et pour le préfet, cela avait le « mérite d’obliger l’Administration à aller plus vite. 3 mois pour l’enregistrement, 1 an pour  l’autorisation. Cela va dans le sens de la simplification réclamée par la profession… » Toma Dagorn

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer