Politique et Syndicalisme

Une session porc chahutée

Des syndicalistes de la FRSEA se sont invités à l’assemblée générale de l’Union des groupements. L’occasion d’une légère passe d’armes, notamment sur la gestion de la crise porcine.

« Notre devoir n’est pas de dire ce que les gens veulent entendre. Nous assumons nos responsabilités face à la réalité du marché et de sa complexité ». Michel Bloc’h, président de l’UGPVB, anticipait, par ces mots, les reproches des syndicalistes. « Le prix à 1,40 € n’a reposé sur rien, du sable mouvant, et nous nous enfonçons aujourd’hui. Il y a 25 à 30 ans, les ministres prenaient des décisions, mettaient des moyens pour soutenir les prix. Cette fois-ci, rien, uniquement de la com ! Nous n’avons pas besoin d’un ministre pour établir des contrats et des prix sauf s’il est capable de nous proposer un contrat à 1,5 € pour les 6 prochains mois. Alors, nous signons pour 8 millions de cochons » .

Le président de l’Union des groupements fustige le manque de décision politique sur les dossiers qui minent la filière porcine : distorsions de concurrence au niveau fiscal et social, embargo russe et étiquetage de l’origine des produits transformés. Sans oublier les responsabilités propres aux différents maillons de la filière elle-même, à commencer par la valorisation de la production grâce à un marché au cadran représentatif et une segmentation des produits pour répondre aux besoins des consommateurs. Les échanges avec les producteurs présents dans la salle ont été vifs mais courtois, traduisant sans doute la prise de conscience de la base qu’il n’y a pas de solution miracle pour sortir de cette crise. Bernard Laurent

Questions des producteurs présents dans la salle

À quand un seul groupement en Bretagne ?

Michel Bloc’h : En Bretagne, nous avons un schéma filière, incarné par Cooperl et un second, incarné par les autres groupements moins intégrés. Je ne pense pas que l’avenir soit de bâtir un Danish Crown breton. La diversité est une richesse. Je pense néanmoins que la filière aurait intérêt à voir émerger un intervenant de poids en amont. Sinon, cette diversité deviendra une source de dispersion stérile, coûteuse, sans valeur ajoutée. L’avenir de la production ne passe pas par l’individualisme, celui qui pointe, et que pourrait encourager certaines formes de contractualisation. Il faut fédérer les producteurs pour établir des relations commerciales équilibrées, constructives, valorisantes avec l’aval.

Pourquoi l’étiquetage de l’origine n’avance pas ?

Michel Bloc’h : Les pays voisins ont su protéger leur marché national via l’étiquetage. Ils ont créé un cahier des charges de la production avec du fond (mise en avant du bien-être animal, dé-médication…). Nous allons formuler des propositions concrètes au début 2016. C’est un impératif car nous sommes la passoire de l’Europe. Nous ne pouvons pas réclamer une plus-value aux distributeurs (et aux consommateurs) si nous n’avons pas une belle histoire à raconter. Je sais qu’il y a urgence mais nous devons travailler sur le fond des choses pour bien le faire. Des moyens humains et financiers ont été dégagés par l’UGPVB et Coop de France.

Guillaume Roué, Président d’Inaporc : J’accuse Robert Volut (président de la Fict : Fédération des industries charcutières) de jouer double-jeu. De tenir un discours devant nous et un autre devant les parlementaires. Avec les distributeurs, on aurait pu trouver une solution face à cette problématique de l’étiquetage mais avec la Fict, c’est impossible.

Pourquoi ne réagissez-vous pas aux émissions et aux médias qui chargent l’élevage ?

Bernard Rouxel, Vice-président section porc : Les derniers évènements sur les soi-disant méfaits de la consommation de viandes et notamment de charcuterie (ou l’émission de Giesbert : l’animal est une personne) ont eu des répercussions négatives sur la consommation. Mais si nous relançons le débat, ce sera encore pire. De plus, la presse ne reprend jamais nos arguments fondés. Cela ne les intéresse pas.

Combien d’élevages vont disparaître cet hiver ?

Michel Bloc’h : 10 % sont en situation de non-retour. Au-delà des difficultés conjoncturelles qui sont d’actualité, nous sommes convaincus que nous n’abordons pas un simple virage mais nous changeons d’époque.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer