Productions Agricoles

La segmentation des taureaux Holstein prend corps

Évolution propose aux éleveurs cinq taureaux à plus de 200 d’Isu disponibles à la livraison, dont deux en semence sexée. L’offre s’élargit dans chacun des segments mis en place par la coopérative.

La sélection s’aiguise en Prim’Holstein. « Nous proposons cet hiver aux éleveurs 25 taureaux disponibles à plus de 190 d’Isu, dont 6 en semence sexée », a indiqué David Girod, responsable développement filières laitières spécialisées chez Évolution, à l’occasion de la sortie des dernières indexations. En tête d’affiche, James BondH2E (le sigle H2E signifiant Holstein High Efficiency est la signature des taureaux Évolution depuis 2015) présente 218 points d’Isu. C’est un leader à tous les niveaux : fonctionnels, production, morphologie. En santé de la mamelle, il se démarque (+ 2,8). Le taureau est disponible en semence sexée. JetsetH2E cartonne quant à lui dans de nombreux classements européens (France, Allemagne, Hollande, Danemark). Parmi les taureaux confirmés à plus de 100 filles, ElninioH2E  s’affiche dans le Top 10 international.

De la génétique adaptée à chaque stratégie

Depuis la dernière assemblée générale d’Évolution, l’offre de taureaux Holstein est divisée en quatre segments, reflétant les différentes logiques d’élevage présentes sur le territoire français. Sur le créneau volume de production, InterviewH2E se distingue à + 1 743 kg de lait, + 43 kg en matière protéique et + 63 kg en matière grasse. Il apporte également des mamelles saines et adaptées au robot.

Pour les éleveurs recherchant de la plus-value, IssoudunH2E propose un lait à forte valeur ajoutée. Son Inel (Index d’économie laitière) est élevé (61), avec un index TP de 2,6 et un index TB de 1,5. Il promet également des systèmes mammaires peu sensibles et des vaches fertiles. Pour avoir des vaches solides (positionnement Vital), JamesonH2E fait partie des taureaux leaders, avec 2,4 en santé de la mamelle, 2,2 en reproduction, et une remarquable qualité de membres. Dernier segment, l’autonomie est illustrée par Julius qui allie solidité, locomotion et production.

Une offre pléthorique de femelles laitières sur 2015

« Conséquence du faible prix du lait, le marché intérieur des femelles laitières est inactif depuis juin 2015. À partir de septembre, nous avons développé le marché export », explique Gilles Serais, directeur commercial de Ouest Génis’, filiale du groupe Évolution. Du fait d’un taux de change défavorable et de la sécheresse, le marché majeur de l’Algérie en génisses gestantes s’est replié. « Nous avons donc trouvé des solutions en proposant sur d’autres destinations des premières lactations et en développant les flux vers l’Espagne (+ 67 %), l’Italie (+ 47 %) et la Grande-Bretagne (7 fois plus de têtes). Au final, les volumes ont augmenté de 4 % par rapport à 2014, mais les prix ont dû être abaissés. »

Plus généralement, les éleveurs laitiers ont aujourd’hui tendance à vendre leurs femelles en automne. « Il serait préférable d’en vendre quelques-unes au printemps ou début d’été, les animaux sont mieux valorisés. » En Normande, la filière a mis en place une action originale pour faire face à l’accroissement de l’offre. « Nous proposons une opération d’assainissement du troupeau, sachant que les cours de la réforme de normandes sont autour de 3,25 €/kg de carcasse actuellement », précise Jean-Christophe Boittin, responsable marchés – filière normande Évolution. Un calculateur d’impact économique de l’assainissement (coûts des pénalités et traitement, achat de femelles, valeur bouchère…) est en ligne sur le site Évolution.

Des choix partagés

Dans leur orientation, 22 % des éleveurs en race Prim’Holstein sur la zone Évolution ont choisi le segment VolumH2E, 27 % en +ValueH2E, 26 % en VitalH2E et 25 % en AutonomH2E. Dans chaque créneau, une large gamme de taureaux est disponible, car les éleveurs le savent désormais, avec les taureaux génomiques, mieux vaut ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Agnès Cussonneau

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer