Politique et Syndicalisme

« Il faut raisonner économie et non beauté des enjoliveurs »

Alain Savary, directeur de l’Union des industriels de l’agroéquipement (Axema), estime que les agriculteurs doivent mieux réfléchir leurs investissements afin de les amortir et non de profiter d’effets d’opportunité.

La récente loi Macron propose un sur-amortissement de 140 % concernant les investissements. Quel est l’impact d’une telle mesure sur le secteur de l’agroéquipement ?

Tout d’abord, parler de sur-amortissement est un abus de langage. Il s’agit d’une déduction fiscale extraordinaire de 40 % de la valeur de l’amortissement. Les effets de cette mesure ne seront que conjoncturels et pas structurels. Les agriculteurs vont utiliser ce dispositif comme une mesure d’opportunité pour avancer un investissement qu’ils avaient déjà prévu. Par ailleurs, ce dispositif a créé une certaine concurrence entre produits car il exclut toute une série de matériels comme ceux nécessaires au transport (bennes, plateaux…). Du fait de cette loi, entre un semoir et une benne, l’agriculteur choisira la benne.

L’arrêt de l’ancienne dotation pour investissement (DPI) a-t-il eu un impact sur la bonne santé du secteur de l’agroéquipement ?

Non. Certains industriels le craignaient effectivement, mais cela ne s’est pas révélé sur le plan macroéconomique, même si cela a pu avoir un effet à la marge.

Comment se porte le marché ?

Le marché du neuf se tient bien au détriment de l’occasion, ce qui crée un peu de tension sur les marchés. Les délais de livraison sont redevenus « normaux » et les nouvelles technologies appellent à l’investissement. Ce sont surtout les jeunes qui s’installent qui investissent dans du matériel neuf.

Pourtant l’agriculture française ne se porte pas très bien, surtout l’élevage. Et dans les cellules d’urgence, les dossiers déposés concernent beaucoup de récents investisseurs…

Les jeunes recherchent des outils performants pour se libérer du temps. En élevage, certaines femmes s’installent alors que leur mari travaille à l’extérieur, ou réciproquement. L’élevage est gourmand en temps et en travail et la technologie permet de lever certains freins. Je dirais que les éleveurs sont plus réfléchis dans leurs investissements. Mais les devis sont là, reste à passer les commandes…

Vous récupérez la volatilité des matières premières au travers des investissements des agriculteurs. Comment imaginez-vous vous protéger ou vous adapter à ce contexte ?

Je compte sur les agriculteurs pour réfléchir leurs investissements en fonction de l’absolue nécessité de les amortir et de mesurer un retour sur investissement. Il faut raisonner économie et non beauté des enjoliveurs! La volatilité doit être gérée autrement que par les investissements. C’est une éducation, une explication, de la formation auprès des agriculteurs. Ils doivent devenir des entrepreneurs. En Allemagne, les investissements sont beaucoup mieux réfléchis. En Chine ou en Europe de l’Est, on retrouve ce raisonnement. Je le vois dans des pays où l’agriculture est prise en main par des investisseurs et non de petites structures familiales. Il faut aussi prendre en compte dans ces investissements le côté psychologique. À l’image d’une belle voiture, certains aiment avoir un matériel imposant et rutilant au détriment un peu de sa réelle utilité sur l’exploitation.

En France, le nombre d’agriculteurs diminue, le marché se rétracte. Comment voyez- vous la suite?

Le marché mondial de l’agroéquipement, c’est  une croissance de 5 à 10 % par an. Tous les ans et cela depuis plusieurs années. La mécanisation n’est pas présente partout dans le monde, loin de là.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer