Politique et Syndicalisme

Coopérative : Investir pour s’affirmer demain

À quelques jours de l’assemblée générale de Triskalia, Georges Galardon, président de Triskalia, et Dominique Ciccone, directeur général, ont le regard tourné vers l’avenir. Interview.

Comment se porte la coopérative 5 ans après la fusion ?

Sur le plan opérationnel, la restructuration est terminée. La réorganisation sur le terrain, entre autres dans l’agrofourniture, est achevée. Et tout cela fonctionne bien.

En 2014, le résultat d’exploitation est en forte amélioration et la coopérative se désendette. Sur la partie purement agricole, l’exercice passé a été marqué par une forte activité liée aux rendements observés dans les cultures de vente. Pour autant, l’impact sur le chiffre d’affaires reste mesuré compte tenu du prix à la baisse des matières premières ; bien que nous profitions de la nouvelle parité euro/dollar pour exporter plus facilement.

L’amélioration du résultat est aussi à mettre au crédit de la distribution verte qui a bien marché grâce à un printemps 2014 propice au jardinage. Faut-il rappeler que la densité du réseau permet de conserver des points de vente de proximité partout en Bretagne ?

L’amélioration du résultat est aussi le fruit de la très bonne maîtrise des charges, entre autres salariales puisque dans le cadre de la réorganisation il y a des postes qui n’ont pas été remplacés. Mais nous demeurons un des grands employeurs de la région avec une bonne répartition des emplois sur le territoire. Cela compte dans le contexte actuel.

Parler d’un résultat de coopérative en forte augmentation dans un contexte de crise agricole peut être incompris par les adhérents…

Notre objectif est d’afficher un résultat d’exploitation équivalent à 1 % du chiffre d’affaires. C’est un minimum pour pouvoir investir. Et à ce titre, après avoir mis 32 millions d’euros dans nos outils en 2014, nous avons établi un plan d’investissement de 40 millions en 2015. Entre autres dans un séchoir supplémentaire à Plouisy (22) ; un autre projet similaire est programmé en 2016 à Mernel, en Ille-et-Vilaine.
Nous apportons aussi notre concours dans les filières légumes (Gelagri) et en volaille (Ronsard). Sur ces deux pôles, l’enveloppe est de deux fois 12 millions d’euros sur 2014 et 2015.

Enfin, nous engageons 850 000 € d’investissement dans notre laboratoire d’analyses Capinov. Il faut noter que les agriculteurs effectuent de plus en plus d’analyses de terre, fumier, lisier, etc., dans un souci de préservation de l’environnement.

Sur ce sujet de l’environnement, votre coopérative a été accablée par deux émissions de radio. Souhaitez-vous commenter ?

Concernant ces faits antérieurs à la création de Triskalia, la plainte au pénal des deux salariés a été classée sans suite. Nous tenons toutefois à réaffirmer ici notre souci constant de la santé et de la sécurité des salariés. Nous accompagnons également les agriculteurs dans la mise en œuvre de pratiques économes en intrants. Il s’agit de produire « plus, mieux, en innovant ». C’est l’objectif de notre démarche Planète Positive, qui allie agroécologie et développement durable. Tout cela va dans le sens de la demande du consommateur à laquelle nous nous efforçons de répondre.

Vous faites référence à l’accompagnement des agriculteurs. À quel niveau ?

D’abord en redistribuant 20 % du résultat aux adhérents, en plus de l’intérêt aux parts sociales, comme l’a souhaité le conseil d’administration. Et je ne parle pas là des compléments de prix en céréales qui représentent un montant de 11,3 millions d’euros pour la campagne 2014.

Par ailleurs, nous avons étendu l’aide à l’installation en production porcine aux jeunes producteurs laitiers, mais sous une forme différente. Car il faut le noter : nous avons de nombreux jeunes qui s’intéressent à la production laitière, portée par les marchés mondiaux. Des marchés mondiaux qui sont aussi faits pour les industriels du monde coopératif !

Dans le domaine porcin, le marché n’a pas été bon depuis sept longues années. Le printemps n’apporte que peu d’espoir de redressement. Qu’on le dise aussi : la situation difficile que vivent les producteurs est aussi la conséquence du Grenelle de l’environnement. On ne rétablira l’équilibre que par les prix. Il y a urgence pour notre région qui, techniquement, reste la meilleure. Du côté industriel, on reste confiant. En témoignent les investissements importants effectués par le groupe Socopa. Propos recueillis par D. Le Du

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer