L’analyse du maïs prédit sa date de récolte

mais-ensilage-date-ideale-bcel-ouest - Illustration L’analyse du maïs prédit sa date de récolte

BCEL Ouest propose actuellement des analyses de matière sèche, sur le terrain, pour les éleveurs qui souhaitent connaître la date idéale de leur chantier d’ensilage.

Quelques semaines avant les récoltes, plus d’un millier d’éleveurs ont réalisé une ou plusieurs analyses de leurs maïs l’an dernier, lors des demi-journées programmées par les conseillers de Bretagne Conseil Élevage Ouest (BCELO). 2 500 analyses, au total, qui ont permis d’approcher la date idéale des chantiers, c’est-à-dire lorsque les plants atteignent 34-35 % de matière sèche. « J’étais venu l’an dernier. L’analyse de mon maïs donnait 25 % de matière sèche. J’ai réalisé l’ensilage 3 semaines plus tard, à la date conseillée par les techniciens et le taux de matière sèche était de 35 % », raconte l’un des éleveurs présents à Crédin (56) la semaine dernière, avec ses échantillons, visiblement satisfait du procédé.

Planning des prochaines rencontres Matières Sèches

  • Vendredi 18 septembre, Centre de formation de Saint-Ségal.
  • Vendredi 18 septembre, Gaec de Toul Manac’h, Kernévez à Plourin.
  • Lundi 21 septembre, Kerbalannec, à Cast.
  • Lundi 21 septembre, EARL de Pen Ar Lan, à Lanhouarneau.
  • Mercredi 25 septembre, chez Bertrand Raguennes, Cléongar, à Plabennec.
  • Mercredi 25 septembre, EARL Barazer, Magoarem, à Kergloff.
  • Lundi 28 septembre, Cuma de la Mignonne, ZA du Tréhou.
  • Mercredi 30 septembre, ferme expérimentale de Trévarez, à Saint-Goazec.

Tous les rendez-vous de 13 h 30 à 17 h 30. www.bcel-ouest.fr.

Nombreux paramètres

L’approche est précise. L’éleveur vient à l’une des 32 rencontres programmées sur les départements du Finistère, du Morbihan et des Côtes d’Armor avec des plants entiers de maïs d’autant de parcelles qu’il le souhaite (2 à 3 en moyenne). Le maïs est broyé puis analysé par infrarouge. « En fonction du taux de matière sèche, de l’indice de la variété, de la date de semis, de la précocité de la zone géographique, l’éleveur repart avec une période de récolte conseillée », précise Romain Guégan, responsable de l’opération. « Il faut quand même qu’il prenne en compte les conditions météo entre l’analyse et la date prévue, tout comme l’exposition de ses parcelles ». Un temps chaud et sec en septembre (comme la semaine dernière) permettra d’avancer la date : le maïs, dans de telles conditions peut prendre jusqu’à 1 point de matière sèche par jour. À l’inverse, un temps frais et pluvieux retardera un peu la date. En moyenne, au mois de septembre, un maïs prend 2 à 3 points de matière sèche par semaine.

[caption id=”attachment_7217″ align=”aligncenter” width=”300″]Amandine Becot (BCEL Ouest) Amandine Becot (BCEL Ouest) analysait les échantillons avec l’analyseur infrarouge Agrinir, le 9 septembre, sur la ferme du centre de formation de Kérel à Crédin (56).[/caption]

25 % des silos mal tassés

La connaissance du taux de matière sèche permet aussi de prévoir l’organisation du chantier. Les parcelles où le maïs est plus sec devront être récoltées en premier et placées à la base du tas d’ensilage. Le maïs devra également être haché plus fin. « Mais 25 % des silos sont mal tassés ». La densité mesurée au front d’attaque doit être supérieure à 210-220 kg de MS/m3 pour une bonne conservation. « Nos conseillers peuvent réaliser des estimations de densité. Il suffit d’en faire la demande ». Le matériel de tassage n’est malheureusement pas toujours adapté à la vitesse du chantier d’ensilage. La grande majorité des récoltes sont réalisées par des automotrices à 8 rangs et les 10 rangs sont de plus en plus nombreuses. « Plus de 50 % des chantiers ont au moins deux “tasseurs” ». Même si le tassage n’est pas le seul facteur de qualité, un travail bâclé d’une seule journée peut avoir des conséquences pour toute une année… Bernard Laurent


Tags :
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article