Productions Agricoles

Porc : Mutualiser pour soutenir le MPB

Le groupement Porc Armor poursuit son action de soutien au MPB en prélevant 0,10 €/porc à tous les éleveurs pour pouvoir reverser 0,50 €/porc présenté au marché au cadran.

« Nous sommes dans une conjoncture insupportable pour l’ensemble des éleveurs. Les distorsions de concurrence, la guerre des prix des GMS, le manque de protection de notre marché, l’évolution des marchés export, les contraintes administratives et les positions politiques de la dernière décennie sont les éléments majeurs de cette situation », rappelle Michel Bellaird, président de Porc Armor Évolution en préambule de l’assemblée générale du groupement.

La valorisation des différentes productions

Maintenir le maillon élevage est impératif : 1 ETP (équivalent temps plein) éleveur, c’est 6 ETP induits. « Nous sommes dans la défense des éleveurs, mais aussi dans la défense des emplois liés à nos élevages. » En moyenne sur 5 ans, un élevage de 180/200 truies a enregistré 100 000 € de pertes.

Le groupement œuvre tous les jours pour l’avenir de ses adhérents sur 4 thèmes majeurs : le prix payé à l’éleveur, le prix de revient et la compétitivité, l’installation/transmission et le soutien des éleveurs dans leurs projets, la défense du marché intérieur par l’étiquetage Porc Français. « Depuis 2008, nous soutenons le MPB en prélevant 0,10 €/porc à tous les éleveurs pour pouvoir reverser 0,50 €/porc présenté au marché au cadran », indique André Bloc’h, directeur de Porc Armor. La stratégie commerciale de la coopérative est la valorisation des différentes productions (porc conformé, porc sous cahier des charges, porc lourd) de ses adhérents. « La recherche du prix de base et la recherche de plus-value pour les éleveurs sont 2 démarches qui ne s’opposent pas mais sont bien complémentaires », précise le président. Et de conclure : « Le groupement et les techniciens travaillent d’arrache-pied sur l’amélioration des coûts de revient et sur la compétitivité des élevages. Un pôle est dédié à l’installation, la transmission et au soutien des éleveurs dans leurs projets. Enfin, la défense du porc français est un gros chantier et un véritable enjeu pour les éleveurs puisque 70 % de notre production est con-
sommée en France. L’étiquetage « le Porc Français » doit s’appliquer partout. Nous devons rester mobilisés et participatifs. » Nicolas Goualan

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer