Productions Agricoles

L’ETA qui module la fertilisation des céréales

La fertilisation optimale des céréales est nécessaire pour gagner des points de protéines. Les outils d’aides à la décision vont dans ce sens.

Les disparités intra-parcellaires peuvent être fréquentes, avec des origines diverses : anciens talus, caillou, pH différents… Inutile dans ces cas de conduire de la même façon ses champs. Pour répondre au plus juste aux besoins des cultures, les outils d’aide à la décision sont de précieux alliés. Pour Bernard Hamon, gérant de l’ETA Hamon, à Pédernec (22), le choix d’investir dans du matériel de précision s’est fait naturellement.

Jouer avec les facteurs extérieurs

« L’hygrométrie joue un rôle important pendant l’épandage de produits fertilisant ». Ce constat fait par l’entrepreneur, notamment en cas d’humidité présente, fait couler plus rapidement les engrais solides. Pour lui, la précision est de rigueur pour la fertilisation des céréales. Afin de moduler la dose d’azote sur les champs, un drone survole la parcelle, pour localiser les endroits à faible ou à fort potentiel. La carte est ensuite intégrée dans le boîtier de commande de l’épandeur pour moduler la dose si besoin. « Plutôt que d’épandre une dose moyenne d’azote, les doses sont modulées suivant le potentiel. Ainsi, la différence peut être conséquente, d’une quantité minimale de 119 kg jusqu’à 210 kg dans cette parcelle », démontre Bernard Hamon, carte à la main. Au champ, l’épandeur Kuhn module la dose d’engrais sur la culture en ouvrant plus ou moins la trappe de distribution en fond de trémie. Le drone cartographie les parcelles des clients de l’ETA en début d’année, puis un autre passage est effectué en fin avril. « Je préfère le système de mesures par drone, car il a l’avantage de ne pas avoir de limite de surface pour opérer, alors que le satellite doit avoir au minimum une parcelle de 3,5 ha ».

brosse-epandeur-bille-engrais
Les brosses qui équipent l’épandeur évitent le déplacement de la bille d’engrais avant sa chute sur le disque, comme le montre Denis Hamon.

Favoriser le taux de protéines

Pour Bernard Hamon, la modulation de la dose d’azote au dernier apport favorise les taux de protéines des céréales. « La modulation intervient aux deux derniers apports d’azote. Il est essentiel d’avoir des parcelles bien désherbées très tôt sous peine de fausser les résultats. Je conseille alors un désherbage dès le semis pour limiter la concurrence ». L’entreprise a traité de cette manière environ 500 hectares, et attend avec impatience l’application pour la culture d’orge l’année prochaine. Les nouvelles technologies sont des réponses techniques aux besoins de cultures, et simplifient le traitement des données : après épandage, l’ETA fournit à ses clients l’imprimé de la parcelle concernée pour le classement dans le cahier de fertilisation. Fanch Paranthoën

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer