Economie, marchés et gestionProductions Agricoles

Pâturage : des piquets araignées maison pour gérer le fil avant

L’astuce a été développée par un éleveur normand. Celui-ci a mis au point le moyen de faire évoluer facilement la clôture de son pâturage rationné.

Dans le cadre du pâturage rationné, Didier Duédal, de l’EARL les Pâtures à Orvaux (27), a cherché à faciliter le déplacement de son fil avant. Pour ce faire, il a revu le concept de la clôture portée par des piquets araignées. Le système comprend deux chariots postés en bordure de parcelle, à chaque extrémité du fil mobile qui est maintenu à bonne hauteur par des piquets roulants ou araignées. « Deux chariots suffisamment lourds pour tenir la tension du fil, mais en même temps pas trop lourds pour pouvoir les déplacer à pied comme une brouette », précise l’éleveur normand. Le chariot porte une pince permettant l’électrification après l’avancement du fil ainsi qu’un enrouleur : « l’enroulage est manuel pour maintenir la tension de la clôture. Mais en fin d’opération, j’ai prévu un embout pour y connecter ma visseuse-dévisseuse ce qui me permet d’enrouler très rapidement le fil. »

Les piquets tournent dans un sens comme dans l’autre

Pour « réduire le coût des piquets roulants », Didier Duédal a revisité les produits existants en fibre de verre. « Je les ai fabriqués artisanalement à partir de matériel de récupération. Le moyeu central de l’araignée est un morceau de rouleau PVC pour film d’ensilage. Il est traversé par trois tubes d’électricien de 16 mm de diamètre de 2 m de long pour reconstituer les six pattes de l’araignée. Un autre tuyau d’à peu près 1 m de long est glissé en travers du moyeu, il tient le fil de clôture grâce à des fils de fer en queue de cochon. » Au final, ces piquets roulants peuvent tourner éternellement dans un sens ou dans l’autre.

« C’est une astuce simple à fabriquer. Seuls les piquets, en tuyau PVC ou en fibre de verre, sont achetés. L’investissement est d’environ 6 € par araignée », précise Didier Duédal. Une adaptation maison qui lui « permet de gagner du temps grâce à la possibilité de déplacer le fil en présence des vaches. Comme les piquets ne sont plus à porter et à replanter, avancer le fil avant est aussi devenu une tâche plus confortable. Si le rationnement à la prairie est intéressant économiquement notamment en évitant le gaspillage d’herbe ou pour éviter les phénomènes de météorisation sur du pâturage de luzerne après une 2e coupe, j’apprécie que cette astreinte du déplacement de la clôture soit simplifiée. »

L’enrouleur à fil et quelques piquets araignées
L’enrouleur à fil et quelques piquets araignées supplémentaires stockés sur le chariot permettent de s’adapter à une largeur de paddock qui varie avec l’avancement.

Le système s’adapterait à toutes les formes de parcelle, « même les plus grandes jusqu’à une longueur de 300 m », grâce notamment à l’enrouleur du chariot qui permet de faire varier facilement la longueur du fil mobile si le paddock se rétrécit ou au contraire s’élargit au fil des jours de pâturage.

Toma Dagorn

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer