Productions Agricoles

La tradition de l’échalote bafouée

La section nationale échalote ne baisse pas les bras face aux irrégularités d’appellation, constatées chez les semenciers d’échalote de semis hollandais.

Les producteurs d’échalote bretons s’impatientent, et pour cause. Les produits nommés clairement « échalote », présentés dans les supermarchés n’en sont pas : ce sont des variétés issues de semis. Le consommateur, berné par ce tour de passe-passe, plonge encore un peu plus la tête dans l’eau les agriculteurs. Hubert Le Nan, président de la section nationale échalote tire la sonnette d’alarme. « Les producteurs sont à l’agonie, laissés dans le fossé par le gouvernement. Le ministre de l’Agriculture s’était engagé à défendre le dossier, mais aujourd’hui rien n’a été fait. La section échalote s’est, dans un premier temps, rendue à Bruxelles, en septembre 2013 pour alerter les députés européens et la DG Sanco (Direction générale de la santé et des consommateurs), à propos du non-respect du protocole des semenciers hollandais, lors de l’inscription de leurs variétés de semis. Quand une société fait une demande d’inscription de sa variété au catalogue européen, elle doit suivre les mesures demandées par l’OCVV (Office communautaire des variétés végétales), afin de protéger ces obtentions végétales sur les 28 États membres. Au mois de décembre suivant, des résultats d’essais menés en 2012 et 2013 sont officiellement présentés : plusieurs variétés d’échalotes de semis hollandaises, aujourd’hui inscrites dans le catalogue échalote sont en fait, au regard du protocole de l’OCVV, des oignons. » Difficile dans ce contexte, pour les producteurs bretons de ne pas se sentir perdus, d’autant plus que la production de 40 000 tonnes annuelles se fait essentiellement dans la région, les autres bassins producteurs étant le Val-de-Loire, le nord et l’est de la France. La « fausse » échalote, est quant à elle, produite à raison de 10 000 tonnes par an. Et pire, elle continue d’augmenter sa surface tous les ans. Au niveau du prix de vente en supermarché, la différence est simple : « L’échalote de semis cale son prix sur celui de l’échalote traditionnelle, en retranchant 10 %, soit aujourd’hui aux alentours de 5,6 €/kg. Avec un prix moyen payé de 6 centimes par kilo au producteur, difficile d’atteindre le coût de revient de 40 centimes.

En guerre depuis 35 ans

La concurrence est rude avec la culture de semis qui est fortement mécanisable. Pour les producteurs d’échalote traditionnelle, la demande de main-d’œuvre est beaucoup plus importante. Cette nouvelle crise dans la profession n’a fait que trop durer. « Depuis 1980, nous nous battons pour faire reconnaître l’échalote traditionnelle. Au départ, il y avait la concurrence avec l’oignon turc, vendu comme échalote. Nous avons obtenu l’appellation échalote traditionnelle pour certifier l’étiquetage de nos produits », lance le président de la section. C’est d’ailleurs sur l’étiquetage que le bât blesse. « L’échalote de semis doit porter obligatoirement la mention de son origine de culture. Or, la mention est écrite de façon trop petite, si bien que le consommateur est induit en erreur en achetant des oignons », poursuit-il. Cette usurpation d’identité se retrouve sur d’autres produits. « Le consommateur qui achète des coquilles Saint-Jacques se fait parfois servir des pétoncles. La présentation joue aussi un rôle de perte de repères : certaines échalotes de semis partent se faire tresser en Roumanie pour revenir sur le marché français. Le consommateur croît acheter des marchandises produites localement », déplore Pierre Gélébart, chef produit échalote chez Prince de Bretagne.

Demandes simples

« La filière ne demande pas d’argent, mais simplement le respect de la réglementation. L’échalote traditionnelle fait vivre 3 000 personnes en comptant les producteurs et les salariés. Nous demandons la radiation des catalogues officiels de ces variétés ne répondant pas aux caractéristiques de l’échalote et l’interdiction immédiate de vendre les bulbes de ces variétés sous le nom échalote ou échalote issue de semis pour cause de tromperie du consommateur », rappelle Pierre Gélébart. Une rencontre a été provoquée la semaine dernière pour faire avancer le dossier. « Nous avons remis nos doléances à la sous-préfecture de Morlaix (29), ainsi qu’à la DDTM du Finistère. Le sous-préfet connaît bien le dossier et pousse dans notre sens », conclut-il. Fanch Paranthoën

L’avis de Hubert Le Nan Président de la section Nationale échalote

Avant de passer par une labellisation des produits, il faut assainir les marchandises déjà en place. Ce qui fait vendre le condiment issu de semis est le nom « échalote » inscrit sur l’étiquette. Aucune démarche ne peut aboutir si la confusion est présente dans l’esprit du consommateur. Une fois que la bonne origine sera mentionnée sur la concurrente de semis, nous pourrons travailler à l’obtention d’une AOP. Une démarche est déjà entreprise pour la reconnaissance STG (Spécialité traditionnelle garantie), mise entre parenthèses avant la clarification que nous demandons.

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer