Productions Agricoles

La pomme de terre n’a pas la frite

La filière française de la pomme de terre transformée a enregistré une forte dégradation de sa balance commerciale.

Une situation en grande partie provoquée par les pommes de terre françaises qui reviennent de Belgique et des Pays-Bas sous forme de frites et de chips constate l’interprofession (GIPT). Cette année, ces deux pays profitent de l’abondance de la récolte pour faire tourner leurs usines à plein régime et vendre sur des destinations lointaines comme les Etats-Unis, l’Amérique du Sud. Ce grand export est rendu possible grâce à une infrastructure portuaire adaptée aux grands bateaux. Le déficit français de la pomme de terre est passé de 256 M€ en 2012-2013 à 339 M€ en 2013-2014. Illustration en tonnage : le solde négatif de produits surgelés à base de pomme de terre s’est élevé à 271 000 tonnes, soit 28 % de plus que l’année précédente.

La production des usines françaises est restée plutôt stable face à la consommation des ménages français qui elle a augmenté. Bon an mal an, la production française oscille entre 540 000 t et 565 000 t, mais la consommation nationale est passée de 831 000 t en 2009-2010 à 943 000 t en 2013-2014. Cette évolution est surtout imputable à la restauration hors foyer (RHF).

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer