Productions Agricoles

Année compliquée en tomate

L’année 2014 en production de tomate est à mi-chemin. Le mois passé laisse un goût un peu amer aux producteurs, car les volumes importants sur le marché ont fait stagner les prix. « Deux facteurs peuvent expliquer le niveau de prix actuel : nous assistons à une véritable guerre des prix. Quand les tomates françaises sont chères, des produits belges ou hollandais entrent sur le marché et font baisser les prix. De plus le marché allemand, qui apprécie notre savoir faire en matière de production de tomate cocktail, se met à produire ses propre fruits », explique Pierre-Yves Jestin, producteur de tomates à Guipavas.

Au niveau production, les conditions sanitaires ont été bonnes : « La faible luminosité au démarrage en avril/mai a été compensée ces deux derniers mois. La production a été plutôt régulière cette année. La météo maintenant favorable alliée à une maîtrise sanitaire, grâce notamment aux insectes polinisateurs et auxiliaires fournis par Saveol Nature nous permettent de bien maîtriser araignées, pucerons et aleurodes. Les fruits sont sains sur le plan sanitaire. »

Espoir d’un bel été

Si le temps estival continue ces prochaines semaines, la consommation de tomate va s’accroître. « Il reste plusieurs mois de production, et nous espérons ne pas retrouver des conditions de marché semblables à 2013. Nous comptons rebondir avec un été chaud, propice à la consommation de produits frais. La tomate est très présente aussi dans les jardins, puisque 150 000 tonnes sont produites chez les particuliers. » La tomate est le deuxième légume consommé en France derrière la pomme de terre. Fanch Paranthoën

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer