Côtes d'ArmorPolitique et Syndicalisme

Les sujets d’actualité économique font débat

Les thèmes d’actualité ont servi d’échange durant la session Chambre, pour le maintien des emplois dans les filières agricoles et agro-alimentaires et pour sécuriser le revenu des agriculteurs.

Pac, loi d’avenir, environnement, conjoncture…  L’actualité a mobilisé les élus de la Chambre d’agriculture mardi 29 avril lors de la session, sous la présidence d’Olivier Allain accompagné du nouveau directeur de la structure, Sébastien Giraudeau. Les délibérations ont sucité de nombreux échanges.

Pac et Farm Bill, un contraste saisissant

Retour au recouplage, garanties de marges… Les USA intégrent 1 % du PIB dans leur politique agricole pour 0,4 % pour l’Union européenne qui cherche à libéraliser la sienne. « La présentation de la réforme de la Pac face au Farm Bill américain affiche un contraste saisissant », souligne le président. Pour ne pas pénaliser le revenu des producteurs de vaches allaitantes, il a été émis le souhait, lors de la session, d’une moindre dégressivité des aides au-delà de 40 vaches, financée par l’introduction de 20 % d’herbe minimum dans la SAU et d’une franchise sur les 2 premières vaches. Pour protéger le revenu des agriculteurs, toutes productions confondues, la Confédération paysanne a émis le souhait d’une clause de révision de la Pac à mi-parcours.

Le GIEE, un outil créateur de dynamisme

Adopté par le Sénat en première lecture, la loi d’Avenir a suscité de nombreuses réactions de la part des élus de la Chambre d’agriculture. Complémentaire à la Pac, cette loi d’Avenir devrait conduire à une meilleure adaptation des interventions publiques relatives à l’agriculture, visant ainsi une triple performance économique, sociale et environnementale. Le dispositif essentiel de cette loi est le groupement d’intérêt économique et environnemental (GIEE), qui doit associer agriculteurs et autres partenaires, publics ou privés. « Nous soulignons l’intérêt de ce nouvel outil, sous réserve cependant de moyens budgétaires alloués suffisants », rappelle Danielle Even, secrétaire générale de la CA 22. Le contrôle des structures a de nombreuses fois été évoqué lors de la réunion. « On change de dimension car ce dernier va devenir régional et nécessiter une harmonisation entre les 4 départements, pour faciliter installation et maîtrise des agrandissements », insiste-t-elle. Dans ce cadre, la priorité à l’installation, sans exclusivité de système a été réaffirmée lors de la session, fortement appuyée par les jeunes agriculteurs.

La filière volaille souffre en silence

Le manque d’anticipation face aux réglementations européennes a fortement fragilisé la filière volaille. « Il est urgent d’agir pour la réorientation de l’ensemble de la filière, de la génétique à la production, et jusqu’à la transformation et la commercialisation », s’alarme Paul Auffray, vice-président de la Chambre d’agriculture 22. Aussi, les élus demandent un réel plan de soutien à la région Bretagne pour la réorientation de la filière export, sans déstabiliser les marchés détenus par d’autres opérateurs locaux.

Des évolutions environnementales encourageantes

« Sur le dossier environnemental, on était découragé. Mais il faut avouer qu’il y a eu des évolutions » reconnaît le président. Assouplissement des ICPE, fin des droits à produire, des seuils de traitement… Et il continue : « je salue ces nouveaux allègements qui vont permettre d’aller à la recherche de compétitivité ». Malgré tout, la vigilance reste de rigueur car ces avancées ne sont pas sans contre-parties et la simplification administrative progresse toujours trop lentement, regrettent les agriculteurs. Carole David

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer