Productions Agricoles

Nouveaux capitaux au secours des projets agricoles

Face à des coûts d’installation ou de développement importants, de nouveaux  mécanismes de financement émergent, à la demande des filières agricoles ou des agriculteurs.

Alors que la profession se casse les dents sur les problématiques de renouvellement des générations en agriculture et que le volume des capitaux à investir est régulièrement avancé comme un frein majeur à l’installation, de nouveaux modèles économiques commencent à apparaître. Voici des exemples dans la filière ovine, qui a perdu en 20 ans un tiers de ses effectifs, et qui teste des solutions innovantes destinées à relancer l’installation.

Appel à des fonds d’investissement extérieurs

Sébastien Bellec, avec son projet ovin à Plouray (56) a bénéficié de ces avancées. Il avait anticipé son installation en acquérant les diplômes nécessaires, accumulant un capital… Et pourtant, quand la Safer a proposé à la vente des terrains attenants à sa maison et l’exploitation parentale, une course contre la montre a débuté. Après l’accord d’attribution des terrains en septembre 2013, il avait trois mois pour boucler le financement de son projet. Son premier tableau de financement comprenait l’achat du foncier, la création d’un bâtiment fonctionnel et un séchage en grange. Il est refusé par la banque malgré l’apport personnel de 10 % jugé insuffisant. « On m’a aussi reproché que mon projet ne rentrait pas dans les cases, par la méconnaissance du secteur ovin et le manque de références dans cette production », explique-t-il. Le deuxième projet, sans le séchage en grange, est refusé de nouveau. Et le temps presse, pour maintenir l’accès au foncier. Aussi, il repense son système de production : le bâtiment existant sera réaménagé et moins de foncier acquis. Il fait appel à Labeliance Agri, apporteur de capitaux, via le Gufa, structure professionnelle chargée de suivre le dossier et de faire l’interface entre le producteur et ce fonds d’investissement. Cette solution nouvelle conforte son apport personnel, à hauteur de 42 % des 240 000 € de son projet d’installation et convainc la banque. «

C’est une bouée de sauvetage pour les jeunes qui se retrouvent face à des montants de reprise importants », ajoute Yannick Frain, représentant professionnel régional au Gufa. En complément des financements bancaires « classiques », ce mécanisme apporte de la trésorerie et du fonds de roulement indispensables pour les premières années d’installation.« Dans huit ans, je rembourserai le capital réévalué. Ce montant peut fluctuer entre 155 % et 135 % du capital de départ en fonction de l’EBE dégagé par l’exploitation selon un prévisionnel fixé dès la signature du contrat », explique le jeune agriculteur. L’arrivée de capitaux extérieurs – autres que bancaires – est une révolution dans le secteur agricole, qui comme toute nouveauté fait peur. Certains redoutent que le recours à ce type de capitaux ne se traduise par des exigences de rentabilité ou que les investisseurs n’aient une visée sur les systèmes de production. Le dossier le Sébastien Bellec est le premier au niveau national financé par Labeliance Agri et mis en avant la semaine dernière au Salon de l’Agriculture. Ce modèle de financement, actuellement expérimenté en production ovine, semble intéresser déjà les filières porcines, vaches allaitantes et viticoles.

Parrainage et financement participatif « coup de cœur »

Le « crowdfunding », appelé également financement participatif, est une autre technique de soutien de projets de création d’entreprise, tous secteurs confondus. Il utilise internet comme canal de mise en relation entre les porteurs de projet et les personnes souhaitant investir dans ces projets. C’est un choix réalisé par Matthieu Pires, éleveur ovin installé à Nouvoitou (35), spécialisé dans l’entretien et la gestion des espaces naturels et des zones humides par l’éco-pâturage. « J’ai financé les 120 premières brebis grâce au parrainage. Les parrains donnent 150 € et reçoivent de la viande en retour pendant 2 ans », témoigne-t-il. Désirant agrandir son troupeau à 350 brebis Avranchin, race en voie de disparition, il s’est rapproché de la société Wedogood, basée à Rennes (35) qui sollicite des personnes extérieures à l’agriculture pour l’investissement de projets innovants, contre une rémunération de 1,06 %/an et le remboursement du capital au bout de cinq ans. « C’est une avance de trésorerie à un taux plus intéressant qu’un organisme bancaire », ajoute l’agriculteur, de la ferme de Milgoulle. L’essai consistait à financer 25 brebis en trois mois. À mi-parcours, l’objectif de départ est atteint à 83 %.
Ces deux exemples en production ovine pourraient inspirer d’autres porteurs de projet. Carole David

L’avis de Guy Personne, Président section ovine GIE Élevages de Bretagne

Le projet Labeliance, porté par la Fédération nationale ovine (FNO), a été mis en place sur la région, avec deux personnes référentes qui suivent les dossiers. Si, au niveau national, le financement semble le frein à l’installation ovine, pour la Bretagne, c’est plutôt l’accès au foncier. Mais autour de nous, les choses évoluent. Ces nouveaux financements sont nécessaires et semblent être dans l’air du temps. Seul le temps nous dira si ce sont des solutions intéressantes et si elles présentent des limites. A ce jour, le premier objectif des investisseurs ne semblent pas être le rendement financier mais l’accès à de la défiscalisation. Mais en temps qu’éleveur, je reste prudent et veillerai à ce que ces nouveaux mécanismes permettent aux agriculteurs de rester patrons chez eux.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer