La France va manquer d’œufs

 - Illustration La France va manquer d’œufs
De g. à dr. : Philippe-André Richard ; Frédéric Chartier et Éric Guéllaff, de la section œuf de l’UGPVB.

Avec une baisse de production de l’ordre de 9 % sur 2022, la France va manquer d’œufs au moins jusqu’à mi-2023. La production d’œufs en Europe et en France est en recul sous l’effet de l’Influenza aviaire hautement pathogène (IAHP). En 2021, la production européenne était de 104 milliards d’œufs. Sur cette période, la Pologne était le seul pays touché par l’IAHP en poules pondeuses. En 2022, avec plusieurs pays touchés, l’Itavi estime que la production européenne devrait être en recul de 2 %. « Pour la France, la baisse de production devrait atteindre 9 % en 2022. La première vague influenza a engendré l’élimination de 3 millions de pondeuses et 1 million de poulettes en Pays de la Loire. Depuis début août, plusieurs élevages de pondeuses ont été contaminés et ce n’est sans doute pas terminé. Nous sommes en déficit d’œufs et cela va perdurer au moins jusqu’à mi-2023 selon l’évolution de l’influenza en France », déclare Frédéric Chartier, président de la commission économie au sein de la section œuf de l’UGPVB lors de leur assemblée générale qui s’est déroulée à Rennes le 23 novembre. Avec environ 48 millions de pondeuses en production, la France est le premier pays producteur d’œufs en Europe. « Aujourd’hui, 67 % des poules sont en élevages alternatifs. La montée en gamme s’est fait rapidement ce qui a créé de grandes perturbations qui sont loin d’être stabilisées », commente Frédéric Chartier. Et Éric Guéllaff, président de la section œuf de l’UGPVB de préciser : « L’œuf bio est à la peine : après de nombreuses déconversions de bâtiments bio pour basculer sur du plein air ajouté à des arrêts, l’équilibre offre-demande est meilleur que les années passées. Pour autant, sous l’effet conjugué d’une forte baisse de consommation, de la hausse de son coût de production et des contraintes liées à l’application du règlement bio européen, l’avenir de l’œuf bio…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article