Productions Agricoles

Intrant : Viser toutes les petites économies

Les conseillers de la Chambre d’agriculture lancent des pistes de réflexion pour diminuer l’impact de la hausse de prix des intrants.

« On ne sait jamais si on achète ses intrants au bon moment. C’est angoissant dans un atelier lait car le cycle de production est long ; il faut être boursicoteur », introduit Isabelle Pailler, conseillère lait à la Chambre d’agriculture. Pour tenter de voir plus clair dans ce contexte à fortes variations des coûts de matières premières, l’association Res’Agri Morlaix a convié les agriculteurs du territoire à réfléchir à des solutions pragmatiques. « La demande laitière est forte, les prix augmentent, mais il ne faut pas s’en satisfaire », lance un éleveur.

3 postes à enjeux

Les aliments achetés, l’énergie (carburant et son impact sur les travaux par tiers) et les engrais azotés sont les 3 principaux postes à enjeux forts. « Le Finistère est le champion de France du coût alimentaire (93 €/1 000 L en moyenne, 78 €/ 1 000 L pour le ¼ supérieur), en dessous de 10 € de la moyenne nationale. Mais en parallèle, les coûts de mécanisation sont très forts sur le département ». Isabelle Pailler conseille donc de jouer sur le pâturage, et de baisser les concentrés de production : en diminuant la distribution de ce concentré de 1 kg/VL/jour, la baisse de production journalière d’une vache n’est que de 0,8 L.
Sur la partie consommation d’énergie, les chantiers de transports comme la récolte ou l’épandage d’effluents sont les plus gourmands ; les échanges parcellaires permettent de sérieuses économies. En comparant une parcelle de maïs située à 1,5 km ou à 7 km du siège de l’exploitation, « la consommation de carburant augmente de 403 L, la distance parcourue à l’année s’allonge de 924 km ».

Choisir ses variétés

Les coûts de semences risquent d’être plus élevés pour les prochaines campagnes, « dans les 30 €/ha de plus pour une céréale semée à 150 kg/ha », prévoit Cécile Goupille, conseillère agronomie et grandes cultures. Si une orge demande 2,5 unités d’azote pour produire 1 quintal, certaines variétés de blé n’ont pas des besoins égaux. « Quand des variétés demandent 3,2 unités/q, d’autres, comme Chevignon, n’ont besoin que 2,8 uN. C’est une façon de gagner de précieuses unités d’azote ». L’économie peut aussi se réaliser avec les apports au tallage, ou l’efficience de l’engrais n’est que de 50 %, « contre une efficience de 90 % au stade épi 1 cm. L’apport au tallage est à réserver en cas d’hiver pluvieux et de précédent pauvre en reliquat azoté, comme un maïs grain ».

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer