Élevage

Maintenir la production pendant les pics de chaleur

Pendant les périodes de fortes chaleurs, le métabolisme des vaches laitières est mis à rude épreuve. Cet inconfort engendre une baisse d’ingestion ainsi qu’une baisse de productivité. La qualité du lait est aussi impactée avec une baisse des taux (TB/TP). À l’EARL du Domaine des Salles à Meslan (56), Philippe Le Mestre a optimisé la ventilation de son bâtiment et la ration de ses vaches. L’objectif est de limiter le stress thermique pour le bien-être de ses animaux et de sa production.

Le stress thermique est mesuré en fonction de la température et de l’humidité dans l’air et s’exprime en THI (Temperature humidity index). Une vache est en zone d’inconfort dès que le THI dépasse 68 : c’est-à-dire à partir de 22° et que le taux d’humidité dépasse les 50 %. Sachant qu’en France l’humidité relative quotidienne est souvent au-dessus des 50 %, les vaches se retrouvent alors fréquemment en stress thermique.
Suite au changement de bâtiment et au système d’élevage en traite robotisée sans pâturage, à l’EARL du Domaine des Salles, les éleveurs ont constaté des signes de stress thermique sur leur troupeau lors des périodes plus chaudes. Ils ont alors installé un premier ventilateur, puis un second et un 3e lors de l’agrandissement du bâtiment en 2017. Pour Philippe Le Mestre, le premier objectif était atteint : « J’ai amélioré le confort de mes animaux, il n’y a plus de halètement, de langue tirée. Mais je me demandais toujours comment limiter ma perte de production. »

Maintien du litrage pendant les fortes chaleurs

« En période de forte chaleur, je constatais une perte de 2 à 3 kg de lait et une baisse assez catastrophique au niveau des taux, jusqu’à 3 points de TP et TB », raconte l’éleveur. Alice Dejean, commerciale chez Deltavit, partenaire Eureden, lui a alors proposé d’essayer une solution nutritionnelle spécifique pour soutenir les animaux pendant les périodes de stress thermique. Pour les éleveurs, l’objectif était d’améliorer leur revenu car l’impact financier d’une canicule sur les taux et la production n’est pas négligeable. « Lorsque j’ai commencé à utiliser le nutritionnel Delta Axion Thermoplus, je me demandais comment le produit pourrait être efficace au vu de la petite quantité apportée (100 g/VL/jour) par rapport au volume total de la ration », commente-t-il. Après quelques jours de distribution, l’effet a été immédiat et très visuel. Il n’y a pas eu de problèmes d’appétence, il y a eu une amélioration de la quantité ingérée car il n’y avait plus de problème d’inconfort. « Je ne constate plus de baisse de la NEC et des taux ce qui m’a permis d’améliorer mes performances techniques et économiques », conclut l’éleveur. D’une année à l’autre l’EARL du Domaine des Salles a gagné jusqu’à 2,7 points de TP et n’a plus subi de baisse de plus d’un point de TB.

Couvrir les besoins nutritionnels

En situation de stress thermique, on observe une baisse des quantités ingérées, jusqu’à -30 % de MSI. Pour maximiser l’ingestion, il est conseillé de nourrir les animaux aux heures fraîches, d’augmenter le nombre de repas et d’augmenter la Baca de la ration. La salivation diminue également, ce qui a pour conséquence d’abaisser le pH du rumen. L’aliment Delta Axion Thermoplus en tient compte et apporte des substances tampons avec le bicarbonate de sodium et du bicarbonate de potassium. La composition à base de plantes de l’aliment est bénéfique pour les vaches : le mélange d’épices stimule la salivation et l’ingestion et permet de réguler la température corporelle via la transpiration. Les pertes liées à la sueur sont compensées par un apport de sodium et de potassium, pour faciliter l’hydratation. « Je distribue l’aliment 4 jours avant les grosses chaleurs et pendant toute la durée de l’épisode », explique l’éleveur. Cela permet d’améliorer les performances laitières (production et TB), le bien-être des animaux, et sécuriser les performances de reproduction. C’est un nutritionnel pratique à mettre en place pour réduire l’impact du stress thermique sur le troupeau. La mise en place de cette solution ne nécessite pas de gros changements (ration, organisation du travail, bâtiment,etc.). « Chez moi, cela fonctionne très bien et je suis certain que l’impact du Delta Axion Thermoplus est encore plus important chez les éleveurs qui n’ont pas de ventilateur », souligne Philippe Le Mestre. « Les pics de chaleur ne sont plus des périodes problématiques. »

Marine Rozec

L’application Thermotool
Afin d’accompagner les éleveurs, une application Thermotool a été créée, elle indique le niveau de stress thermique. Un capteur peut également être installé pour obtenir les données précises de l’élevage. « C’est un outil intéressant pour se faire la main, » commente Philippe. « On est alerté quelques jours avant le pic de chaleur pour anticiper la distribution de l’aliment et limiter l’impact du stress thermique. » . Les éléments sur l’application sont visuels, des alertes sont envoyées ainsi que des conseils. L’application Thermotool est facile d’utilisation et gratuite.

Les signes de souffrances dus au stress thermique
• Rumination,
• Reproduction,
• Animaux debout,
• Rythme respiratoire,
• Boiteries et problèmes de santé.

sans titre 1

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer