Energies et environnement

Matière plastique : Mesurer le temps de dégradation

La station expérimentale d’Auray travaille depuis plusieurs décennies sur le devenir des paillages plastique, biodégradables ou non, dans les sols. Le programme Biomaleg va apporter des réponses intéressantes grâce à une expérimentation longue durée.

Le programme de recherche Biomaleg consiste à « extraire, quantifier de manière exhaustive et à caractériser les particules de films biodégradables utilisés en filière légumière », résume Maët La Lan, responsable de la station expérimentale de la Chambre d’agriculture, à Auray (56). Le site regarde depuis plus de 20 ans la dégradation de différents paillages dans les sols et sur les cultures. Ce projet collaboratif (Chambre d’agriculture de Bretagne, Inrae de Dijon, Université de Bretagne Sud, IRDL) viendra répondre à bon nombre de questions de producteurs au sujet de la présence de particules de paillage dans leur terre.

Vie du sol

Certaines parcelles du site d’Auray n’ont reçu en paillage que du film à base de polyéthylène, d’autres planches uniquement des matériaux biodégradables. Enfin, des parcelles vierges de tout paillage vont entrer dans le suivi et l’observation des techniciens. Tous les mois et pendant 3 ans, ces sols seront scrutés précisément avec un suivi biologique (population de vers de terre, biomasse microbienne…), ainsi qu’une vérification de la faculté germinative de graines de crucifères et d’orges dans des sols ayant reçu un paillage. Pendant ce projet, les films biodégradables Ecovio de chez BASF (copolymère) et Mater-Bi (à base d’amidon de maïs) de chez Novamon seront utilisés, en 15 µ.

Une norme plus exigeante

Selon la norme NF EN ISO17033, plus exigeante que la précédente (NF U 52001), les films biodégradables doivent être dégradés à 90 % au moins, après 2 ans d’enfouissement dans le sol. Les responsables de la station d’Auray rappellent que « la dégradation d’un film dépend des conditions propres aux terrains ». Aussi, Maët Le Lan note que les maraîchers sont amenés à utiliser plusieurs fois par an un paillage plastique, sur la même parcelle… Difficile dans ce cas de connaître l’origine des particules présentes au bout des 2 années. 

Préserver les fruits
Biomaleg intègre une partie de son travail sur les risques pour les fruits. C’est le cas des potimarrons, qui sont en contact avec le film. Ce paillage risque de souiller la cucurbitacée en se collant sur sa peau. « En jouant sur la date de récolte, le risque de particules collées sur le fruit est diminué de moitié. Une récolte avancée d’un mois (fin août au lieu de septembre) freine ces souillures, et de plus augmente la durée de conservation », observe Maët Le Lan.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer