Des bâtiments qui assurent confort et efficacité

9863.hr - Illustration Des bâtiments qui assurent confort et efficacité
Guillaume Moison (à gauche) et Jean-Pierre Le Lausque dans le bâtiment mis en place il y a 1,5 an.

Bâtiments aérés et lumineux, contention efficace, alimentation équilibrée… Le bien-être animal va avec le bien-être de l’éleveur sur l’EARL Moison, à Guipry-Messac (35). « L’activité d’engraissement de taurillons me permet de valoriser le maïs produit sur mon exploitation, d’apporter du fumier à mes sols et d’avoir des rotations plus longues pour mieux gérer le ray-grass résistant et les adventices en général », présente Guillaume Moison, éleveur à Guipry-Messac (35), qui a créé ce nouvel atelier de 150 places il y a 1,5 an. Il s’était installé en mai 2016 avec un atelier veau de boucherie repris derrière un tiers (400 places). Entre 2 et 3 heures de travail par jour « Je voulais créer un autre atelier qui s’insérait bien sur l’exploitation au niveau du temps de travail », ajoute l’éleveur qui cultive 90 ha de SAU (10 ha de colza, 35 ha de blé, environ 10 ha d’orge, 25-30 ha de maïs ensilage). 60 t de céréales sont utilisées pour l’alimentation des bovins et 10 ha de dérobées (RGI-trèfle) sont également implantées chaque année pour produire de l’enrubannage. Un salarié travaille à temps plein sur la ferme. [caption id=”attachment_58274″ align=”aligncenter” width=”720″] La quarantaine de 40 places avec deux couloirs d’alimentation.[/caption] Deux bâtiments ont été mis en place pour accueillir les taurillons dont une quarantaine de 40 places avec deux couloirs d’alimentation (un pour le foin avec des cornadis obliques, l’autre pour la ration mélangée avec panneaux 2 tubes). Les deux bâtiments disposent de filets brise-vent dont certains se remontent, de translucides en toiture, d’un dôme lumineux ventilé et de couloirs autour des cases. « Je peux faire le tour sans aller dehors. » En engraissement, chaque case dispose de deux abreuvoirs et d’un couchage de 50 m2 derrière une marche large de 1,80 m. Une mélangeuse pailleuse simplifie le travail. « Je compte entre deux et trois heures par jour de travail pour les jeunes bovins. » Entre…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article