ÉlevageFinistère

S’adapter aux besoins de main-d’œuvre

Les activités de Service de remplacement et de Partag’emploi se sont consolidées l’an passé. Une nouvelle prestation vient étoffer l’offre présentée aux adhérents.

« Nous proposons un système clé en main qui plaît, avec des équipes techniques et administratives motivées », se réjouit Patrice Quéméneur, président de Partag’emploi. L’association a progressé l’an passé en matière de missions réalisées par les 35 collaborateurs, « malgré la situation sanitaire particulière liée à la Covid ». Les responsables s’attendent à un accroissement de l’activité dans les prochaines années. « Il faudra s’adapter », prévoit le président, lors de l’assemblée générale de Partag’emploi et de Service de remplacement Finistère, à Quimper.

Diversification en légume

Une nouvelle prestation est venue se greffer aux services déjà proposés en élevages laitiers, porcins ou avicoles, qui représentent 99 % des tâches réalisées par les salariés. « Des cultures légumières de plein champ ne se mettent pas en place, faute de main-d’œuvre. Cette problématique soulevée par Terres de l’Ouest nous a conduits à constituer des équipes pour répondre à cette demande », présente Stéphane Charon, directeur des structures. Concrètement, les producteurs identifient et qualifient les besoins en personnel saisonnier afin de les faire remonter à Terres de l’Ouest. La coopérative alerte Partag’emploi et l’Anefa, qui diffuse les offres d’emploi et trie les candidatures. L’embauche est confiée à Partag’emploi. Proposée dans un premier temps sur le Sud et le Centre du département, cette nouvelle activité s’accélère. Pour exemple, un producteur a fait appel au service pour désherber une parcelle d’oignons blancs biologiques, dépassée par des chénopodes. « Les embauches sont ouvertes aux étudiants et aux mineurs, le tarif est de 14 €/h », explique Stéphane Charon.

Envol de l’aviculture

Pour Finistère Remplacement, l’activité est stable, « avec une hausse des congés paternité et maternité, ou pour des motifs de garde des enfants ». Les éleveurs faisant appel à l’association se répartissent à 81 % en production laitière pour 7 % en porc. Les 12 % restants sont des nouveaux profils, « avec un fort retour de l’aviculture ».
Finistère Remplacement a réalisé l’an passé plus de 16 700 journées de remplacement chez les 1 643 adhérents. « Nous avons démystifié le rôle des femmes dans les exploitations : nos collaboratrices représentaient 14 % de l’effectif il y a 5 ans, elles sont aujourd’hui 28 % », conclut Marie-Christine Louet, en charge des ressources humaines.

Toujours se former
Les salariés des associations restent formés sur diverses thématiques, comme la biosécurité en élevage porcin, les robots de traite ou plus rarement en Certiphyto. Selon une enquête menée auprès des adhérents, « les producteurs de lait demandent à ce que les salariés soient formés à la prise de conscience des volets économiques des exploitations », fait remonter Marie-Christine Louet. Ces remarques viendront alimenter le plan de route et de formation de l’association.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer