Cultures

Colza : Le comportement des variétés décrypté face aux ravageurs d’automne

À l’implantation, toutes choses égales par ailleurs, des différences de comportements face aux ravageurs d’automne entre les variétés de colza sont régulièrement constatées.

Depuis 2 ans, Terres Inovia met en place des essais pour caractériser les variétés face aux ravageurs en suivant principalement deux variables : le nombre de larves d’altises par plante et les dégâts des ravageurs d’automne sur les plants de colza. La base de données s’étoffe avec 21 essais menés en 2021, après 12 essais en 2020. Dans chaque essai variétal, un bloc non traité insecticide est comparé au témoin.

Une à 30 larves /plant

« On a observé plus de larves en moyenne sur les essais en 2021 qu’en 2020. Le nombre de larves va de 1 à 30 unités par plant de colza », relaie Arnaud Van Boxsom, responsable de l’évaluation des variétés à Terres Inovia, lors d’un webinaire le 11 juin proposé par la structure technique. Les traitements statistiques montrent un effet significatif du nombre de larves présentes dans les variétés.

La moitié des essais avec symptômes

Sur 33 essais sur les deux dernières années, seulement 15 essais présentent des symptômes de ravageurs (larves de grande altise et/ou charançon du bourgeon terminal), « avec des variations allant de 10 à 90 % de plantes atteintes, la majorité se situant entre 25 à 50 %. » Le comportement des variétés sur ces deux années est globalement similaire.
Une classification a ainsi pu être élaborée et sera affinée dans le temps. « Les interactions entre les caractéristiques d’une variété sont nombreuses et complexes (génétique, environnement, interaction entre critères…). Il est donc difficile d’un point de vue expérimental de chiffrer les bénéfices de ces leviers sur le rendement final », nuance le responsable. Mais, individuellement et cumulés, ces caractères variétaux sont des atouts à cumuler à d’autres leviers agronomiques afin d’obtenir un colza plus robuste.

Des mélanges variétaux « pièges à larve d’altise » ?
« On recherche une variété de colza plus attractive aux larves d’altises, sur le même principe des pièges à méligèthes », explique Arnaud Van Boxsom, de Terres Inovia. « Sur des mélanges de deux colzas, avec une variété dite sensible, on aurait au global moins de larves que sur les variétés peu sensibles », avance prudemment le technicien. Les premières approches sont intéressantes mais les résultats sont variables et nécessitent des études supplémentaires, selon les 5 essais suivis cette année. Pour apporter la preuve de ce concept « piège à altises », les comparaisons de mélange d’une variété avec une variété sensible seront reproduites durant la prochaine campagne.

Des critères à pondérer

Un travail est en cours sur le « mérite agronomique » des variétés. Il s’agit de créer un outil qui permettra à chaque agriculteur de classer les variétés selon ses propres critères d’importance parmi la dizaine de critères proposés (rendement, élongation, verse, vigueur, phoma, cylindrosporiose…).Terres Inovia proposera cet outil en 2022, accessible sur Myvar.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer