En bref

Castration : Trois options d’anesthésie locale d’ici 2022 ?

En vue de l’interdiction de la castration à vif des porcelets au 1er janvier 2022, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a annoncé, lors de l’assemblée générale de l’interprofession porcine, le 6 juillet, qu’il avait pour objectif qu’au moins trois protocoles d’anesthésie locale soient rendus disponibles aux éleveurs à cette échéance. En effet, trois produits anesthésiques (et leurs protocoles d’application respectifs) intéressent la filière, qui ont été présentés lors de l’assemblée générale : la procaïne, qui est actuellement disponible, mais jugée insuffisamment efficace par certains vétérinaires ; le tri-solfen, qui ne dispose pas d’autorisation de mise sur le marché (AMM) en Europe ; et la lidocaïne, dont l’AMM ne concerne pas le porc.
« Deux des trois protocoles présentés sont d’ores et déjà mobilisables », a annoncé Julien Denormandie. « Le travail se poursuit avec l’interprofession et l’ANMV (Agence nationale du médicament vétérinaire) sur le troisième protocole, qui concerne une molécule non autorisée pour qu’il puisse être mis en place d’ici janvier 2022 ». 

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer