CulturesTop

Soja breton : Une culture possible pour après-demain ?

L’envie est grande de cultiver du soja en Bretagne. Selon une étude menée par Terres Inovia sur 20 ans, la faisabilité augmente depuis 5 ans. Pour l’instant, les essais bretons jonglent entre échecs et réussites.

La culture de protéagineux comme le soja se retrouve dans la même situation que lorsque le maïs ensilage a débarqué en région Bretagne, il y a quelques décennies. Au début, pas de variétés assez précoces pour atteindre les sommes de températures requises. Puis la génétique a avancé, le Bretagne est arrivée à faire mûrir ses parcelles de maïs.

Regarder la faisabilité climatique

Ce schéma pourrait se reproduire pour le soja. Des agriculteurs et des instituts de recherche ont testé son implantation. Chargée d’étude chez Terres Inovia, Cécile Le Gall observe sur une période s’étalant de 1999 à 2020 ce qu’elle nomme la « faisabilité climatique » de la culture, à savoir une date de semis qui permet d’atteindre « la somme de degrés-jours nécessaire pour arriver à maturité. Pour le créneau de précocité 000 TTP (Très très précoce, aussi parfois nommé 0000), la somme de température à atteindre est de 1 460 °C en base 6 ». Sur cette période de 20 années d’analyse, un focus particulier est mené sur la période 2015/2020, car « les températures sont plus élevées, les pluies restreintes ». Ces 5 dernières années, « on atteint plus facilement la somme de degrés-jours pour une récolte entre le 15 et le 21 septembre ». Pour imager ses propos, la chargée d’étude utilise une carte de la région Nord-Ouest de la France qui tend au fil des années à se verdir, signe d’un élargissement possible de la zone de culture.

Un coup sur 3

« J’ai essayé de cultiver du soja pendant 3 ans », explique Erwan Caradec, agriculteur à Douarnenez (29). 27 quintaux sont récoltés la 1re année, à 20 % d’humidité. L’année suivante, le protéagineux est semé sous plastique, pour précocifier la date de récolte. Le pari est réussi, la moissonneuse bat les gousses vers le 20 août. En revanche, le rendement s’effondre, peut-être la faute aux adventices. « Les mauvaises herbes ont été maîtrisées par un désherbage en prélevée, mais à cause du plastique, le rattrapage est impossible. Le soja est une culture relativement propre en cours de végétation car dense, mais qui se resalit après la chute des feuilles en fin de cycle », observe le Finistérien. La 3e tentative en pleine terre a été contrariée par des précipitations qui ont empêché la récolte, les plantes sont reparties en végétation et ont rebranché.

Même sentiment sur le secteur de Dinéault (29), où Matthieu Caugant et son père Jean-Hervé ont expérimenté la culture. En 2018, un maïs est implanté sur le pourtour d’une parcelle ensemencée en soja en son milieu, afin de protéger le protéagineux, le maïs agissant comme une haie naturelle. Conduit en bio, le soja est désherbé à la herse étrille et à la bineuse. 24 quintaux sont récoltés, triés et toastés. Le soja est ensuite distribué aux vaches laitières, à raison de « 2 à 300 grammes par vache pendant l’hiver, afin de couvrir le panel d’acides aminés manquant à notre ration très herbagère », se souvient Jean-Hervé Caugant. Mais l’année suivante est qualifiée « d’échec, à cause d’un printemps froid et humide qui n’a pas permis de désherber mécaniquement. Les aléas de températures sont trop importants. En Bretagne, les protéines les plus faciles à faire pousser restent les légumineuses présentes dans les prairies… Mais ces petits challenges donnent du piment à nos métiers », conçoit l’éleveur.

Encore trop d’incertitudes

Hormis cette somme de température parfois difficile à atteindre, la région offre des conditions qui sont bénéfiques au soja, comme « des risques faibles de températures basses au moment de la floraison », note Cécile Le Gall, ou encore le stress hydrique encore peu impactant. La responsable chez Terres Inovia rappelle que la faisabilité de soja en Bretagne n’est pas seulement conditionnée aux sommes de température à atteindre. « Le type de sol, le système de culture et les risques de maladies, d’attaques de ravageurs et d’adventices sont bien évidemment à prendre en compte ». Beaucoup d’incertitudes planent encore, de nombreux producteurs attendent des variétés adaptées à leur terroir tout en étant productives. « Côté rendement, le groupe 000 TTP est forcément en dessous de variétés plus tardives », rappelle Cécile Le Gall.

Nous sommes peu de sélectionneurs

La génétique avance sur cette plante préférant les climats chauds. Nous sommes peu en Europe à sélectionner des variétés en non-OGM, mais arrivons ce printemps à proposer des classes de précocité TTP 000. Pour être réussi, le soja doit, en plus d’atteindre une certaine somme de température, être semé dans un sol chaud, sans chute de température pendant la semaine qui suit ce semis. Nous développons aussi une gamme de semences adaptée aux pays de l’Est où la période de culture est très courte, avec des étés très chauds. Dans ces pays, les toasteurs de petite taille se développent, des Cuma investissent dans ce genre de matériel pour toaster les graines et diminuer les facteurs antinutritionnels des graines crues. Jean-Philippe Courreau, Chef de produit chez Saatbau

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer