ÉlevageSur abonnementTop

Les truies gestantes pâturent

La valorisation des fourrages doit permettre d’accroître l’autonomie protéique des monogastriques. La recherche va s’intensifier. Par manque de connaissances techniques et économiques, de temps ou de motivation, peu d’éleveurs optimisent la surface enherbée de leur assolement. La nécessité des rotations et les parcours extérieurs offrent pourtant une matière première riche en protéines, à faible coût….

Cet article est réservé aux abonnés numériques.
Pour lire la suite…
Connectez-vous ou Abonnez-vous

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer