CulturesMachinisme et équipements

FarmDroïd : Tout ce qui est semé est biné

Le robot hybride semeur/bineur FarmDroïd connaît précisément la position de chaque graine dans la parcelle, afin de pouvoir désherber au plus près des jeunes plantules.

Ils sont déjà une centaine de robots à semer et à désherber des cultures dans le Nord de l’Europe. Au printemps 2020, 1 500 ha ont été implantés puis nettoyés par le FarmDroïd, appareil qui a la particularité de « ne posséder aucune caméra : le guidage est à 100 % RTK », explique Niek Jansingh, gérant de Stecomat, société spécialisée dans le désherbage mécanique de précision. Ce robot est totalement autonome, grâce à 4 panneaux solaires capables de fournir l’énergie nécessaire à l’avancement mais aussi à la recharge des batteries. « FarmDroïd travaille 24 h sur 24 et n’a pas besoin de revenir à la ferme pour se recharger », précise le distributeur de la marque d’origine danoise.

Polyvalence de travail

Propulsé par les roues arrière, l’engin évolue à une vitesse maximale de 950 m / h. Le poids total « est maîtrisé à 800 kg pour ne pas tasser les sols ». Des câbles tendus sur la périphérie de l’engin détectent les obstacles pour stopper la machine. FarmDroïd est polyvalent en semis, il est capable de mettre en terre des graines d’oignon, de chicorée, d’épinard, de colza ou de betterave sucrière, culture pour laquelle il a été développé. « Nous prévoyons à l’avenir de tester des semis de pois, de haricots, de quinoa ou de maïs ». Ce robot sème graine par graine, en ligne ou par poquets.

dd8019.hr
En mode binage, le robot vient au plus près des cultures.

Les éléments semeurs sont propres à la marque, avec des disques spécifiques. Pour semer, la graine tombe dans un tuyau pour être bloquée à 2 cm du sol, où un capteur optique enregistre si la semence est bien en attente. L’obturateur s’ouvre alors, « la graine n’a plus que 2 cm à parcourir, sa position dans la parcelle est enregistrée au mm près ». Le distributeur conseille lors du semis une bonne préparation du lit de semence, sans résidus en surface, qui pourraient fausser la précision. La trémie du semoir a une capacité de 6 litres.

Du semoir à la bineuse

De la configuration semoir, le robot se transforme en bineuse en 1 heure. Grâce à la connaissance du positionnement précis de toutes les graines dans le champ, l’outil de désherbage passe entre le rang et sur la ligne de semis afin de « créer un décalage entre la culture et les adventices ». Le désherbage très précoce est possible car l’outil fonctionne sans caméra qui nécessite la présence de mauvaises herbes développées.

Capteur de pluie
Doté d’un petit pluviomètre, FarmDroïd prend en compte son environnement et peut ainsi arrêter son travail en cas de mauvaises conditions météorologiques. « L’opérateur peut à distance programmer cet arrêt, par exemple quand un cumul de pluie supérieur à 5 mm est enregistré », précise Niek Jansingh. Le robot s’attèle au 3e point du tracteur pour pouvoir être déplacé d’une parcelle à l’autre. « Il se rentabilise entre 1 et 2 années, quand on calcule le temps de main-d’œuvre et la consommation de carburant nécessaires dans un système classique », conclut le responsable.

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer