Machinisme et équipements

La centrale hydraulique donne une 2e vie au tracteur de 35 chevaux

En installant une centrale hydraulique sur le 3e point du tracteur, le vieux Massey Ferguson de 35 chevaux reprend du service pour le paillage des poulaillers.

Jérémy Pivron est éleveur de poulets de Loué sur la commune de Soulitré (72) possède 3 poulaillers label de 400 m2. Dès son installation l’éleveur a fait le choix de mécaniser le paillage. « Jusqu’à cette année j’utilisais une dérouleuse-pailleuse portée ce qui nécessitait l’utilisation du tracteur de 100 chevaux qui est celui qui possède aussi le chargeur. Ce tracteur sans cabine est le seul à pouvoir rentrer dans les poulaillers », décrit l’aviculteur. Le paillage de chaque poulailler avant l’arrivée des poussins nécessite 8 big de paille broyée. À chaque botte, le matériel de paillage devait être dételé pour pouvoir charger une nouvelle. Entre 35 et 84 jours d’élevage Jérémy Pivron fait un repaillage une à deux fois par semaine dans chaque poulailler avec un round par bâtiment et par passage.

6528.hr
Jérémy Pivron, éleveur de poulets de Loué à Soulitré (72).

Gros rayon de braquage avec la pailleuse

La perte de temps engendré par l’utilisation du même tracteur sur la pailleuse et pour le chargement des bottes a incité l’éleveur à chercher une autre solution pour le paillage. « J’ai investi 15 000 € dans une pailleuse trainée Vulcano de chez Émily équipée d’une centrale hydraulique. Cette dernière est positionnée sur le 3e point arrière du tracteur et la pailleuse est attelée sur la centrale hydraulique. » Ce mode d’alimentation hydraulique indépendant du tracteur a permis à Jérémy Pivron d’utiliser pour le paillage son Massey-Ferguson de 35 chevaux qui n’avait plus d’utilité sur l’exploitation.

« Le positionnement inédit de la centrale hydraulique Agility offre un très grand angle de braquage ainsi que la possibilité de pailler pendant une phase de manœuvre en toute sécurité. Étant toujours alignée au tracteur, le cardan reste dans une position optimale durant les manœuvres. Sa conception évite tous risques d’interférences entre le cardan d’une part et les roues arrières ainsi que les bras de relevage d’autre part. Même en braquant à 82°, le cardan reste toujours aligné au tracteur. Elle diminue les efforts liés à l’arrêt et à la mise en route de la prise de force et facilite l’attelage/dételage de la pailleuse sans déconnecter la centrale hydraulique Agility du tracteur », décrit Jérôme Le Febvrier, directeur commercial Émily.

6527.hr
Même en braquant à 82°, le cardan reste toujours aligné au tracteur.

Une qualité de paillage améliorée

L’utilisation du tracteur de 35 chevaux sur la pailleuse libère le tracteur de 100 chevaux qui ne sert plus que pour le chargement des bottes de paille lors des opérations de paillage. « Le gain de temps est d’environ une heure par poulailler lors du paillage avant la mise en place des poussins. Ce petit tracteur passe plus facilement dans les bâtiments et il est aussi très peu gourmand en carburant », analyse l’éleveur. La pailleuse couvre facilement les 9 m de largeur des poulaillers lors du repaillage. De plus, la qualité de paillage est bien meilleure puisque le passage de la paille dans les hérissons la défibre ce qui lui donne plus de pouvoir absorbant.

Un système pour extraire les filets et ficelles
Lorsque le chauffeur enclenche l’hydraulique dans le sens paillage, il met en route les moteurs du tapis, les démêleurs et les plateaux. Le démêleur principal tourne à grande vitesse pour démêler parfaitement la botte avant d’alimenter les plateaux. Le démêleur supérieur avec sa faible vitesse de rotation régule la quantité de paille démêlée et facilite également le déroulage des bottes rondes. Les plateaux projettent alors la paille de chaque côté de la machine. « L’exclusivité Émily réside dans la capacité de la pailleuse à passer tous types de bottes et à faire évoluer la largeur de paillage grâce à des réglages simples et rapides. Le système X-tract (breveté) utilise un rouleau extracteur pour démultiplier la puissance de traction afin d’extraire les filets et les ficelles sans effort pour l’éleveur. Une longue passerelle permet d’opérer en toute sécurité. Après avoir enroulé les filets ou ficelles autour du rouleau, l’utilisateur actionne une pédale pour mettre en rotation le rouleau. Une légère tension suffit alors pour extraire les filets et ficelles en moins de 15 secondes », annonce Jérôme Le Febvrier.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer