MorbihanPolitique et Syndicalisme

Le maintien de la souveraineté alimentaire garantit les emplois

La Politique agricole commune (Pac) peut être un levier pour favoriser la création d’emplois dans le secteur agricole et agroalimentaire breton. Encore faut-il s’entendre sur son orientation.

La crise de la Covid-19 a mis en évidence les dangers du manque de souveraineté : pas de masques, manque de médicaments. La dépendance aux entreprises étrangères du numérique (Gafa) est criante dans le domaine des échanges. Dans les fermes bretonnes, c’est le soja qui rappelle la fragilité d’un système de production dépendant de l’extérieur. Pour Olivier Allain, vice-président de la Région, intervenant lors d’un débat à Locminé*, la prochaine Pac peut être un levier pour assurer une plus grande autonomie du secteur agricole. « Nous devons encourager l’agroécologie, seule voie d’avenir, via les mesures agroenvironnementales ». Pierre Karleskind, député européen et conseiller régional, abonde : « La Pac doit avoir des objectifs sociétaux et défendre l’emploi. En fléchant les aides à l’actif agricole ». Les deux élus se disent préoccupés par l’environnement, « tous les indicateurs sont au rouge », insiste Olivier Allain.

Excès de zèle environnemental ?

Ces propos font réagir dans la salle. Un éleveur laitier, s’inquiète de l’effritement de la Pac. « Chaque pays fait, de plus en plus, sa propre politique, ce qui créera des distorsions de concurrence. L’écueil à éviter, c’est la régionalisation de la Pac ». Il met en garde contre l’excès de zèle environnemental. « Une agriculture bretonne totalement verte ne changera rien à la problématique du changement climatique, quand on sait que la Chine, par exemple, continue d’émettre plus de gaz à effet de serre ». Réponse immédiate du vice-président de la Région : « La Bretagne a perdu 324 millions d’euros sur l’enveloppe du second pilier. D’autres régions ont donc gagné. Les aides publiques doivent être décentralisées car les agricultures régionales sont très différentes. Quant à l’agroécologie, il faut en faire un argument marketing ». Pierre Karleskind approuve : « la Pac doit avoir une base commune à tous les pays membres pour éviter les exceptions environnementales mais je crois aussi à l’efficacité des territoires pour sa gestion ».

L’emploi par la valeur ajoutée

Morgan Ody, porte-parole de la Confédération paysanne 56, présente dans la salle, estime que la situation concernant l’emploi agricole en Bretagne se dégrade : « La région créée du volume et peu de valeur ajoutée. Pour respecter les objectifs de baisse des émissions de gaz à effet de serre, la région devrait baisser de plus d’un quart son cheptel bovin, par exemple. La question est donc de savoir comment faire pour créer de la valeur et des emplois, tout en baissant les volumes ». Tous les syndicats souhaitent maintenir ou développer les emplois. Les moyens préconisés pour y parvenir sont aux antipodes. Nathalie Le Luherne, maire de Plaudren, où la construction d’un poulailler fait l’objet d’un recours, en convient : « Nous sommes confrontés à la problématique d’adeptes de modèles de production qui ne se comprennent pas ».

« Halte aux mouvements Amish »
Jean-Michel Choquet, aviculteur, met en garde contre les mouvements « Amish » qui s’opposent à tous les projets de développement de la production avicole. « La création d’un nouvel abattoir sur le département est une bonne nouvelle. Rappelons que la restauration hors domicile importe 80 % de sa viande de volailles ». Benoît Rolland, maire de Moustoir-Ac, veut sécuriser les porteurs de projet. « On peut agir pour faire réviser la loi mais on ne peut pas attaquer un projet qui respecte la loi en vigueur ». Les projets de Plaudren et de Langoëlan sont évoqués. « Les recours systématiques freinent l’économie locale. À force de freiner, on prépare le chômage de demain », met en garde Nicole Le Peih, députée. Sylvaine Dano, avicultrice, déplore la stabilité des aides régionales aux investissements malgré l’augmentation des charges. Olivier Allain lui répond, catégorique : « L’aide de la Région est de 50 000 €, sous conditions. C’est un soutien clair à la filière car il faut reconquérir le marché interne ». Souveraineté alimentaire oblige…

*Nicole Le Peih, députée de la 3e circonscription du Morbihan, organisait une réunion publique sur le thème de l’emploi local, la semaine dernière.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer