Politique et Syndicalisme

MAEC, des aides justifiées à préserver

Sur la ferme de Patrick Thomas à Plouguenast (22), le Collectif de soutien aux MAEC a rencontré des représentants de l’Administration et du Conseil régional pour évoquer l’avenir des contrats signés en attendant la future Pac en 2023.

Vendredi 17 juillet, le Collectif breton de soutien aux MAEC et aides bio pour 2021 a reçu Olivier Allain, vice-président du Conseil régional en charge des questions agricoles et Michel Stoumboff, directeur régional de la Draaf sur la ferme de Patrick Thomas à Plouguenast (22). Maria Fuentes Merino, coordinatrice à la Commission européenne des politiques de développement rural dans le cadre de la Pac, a également participé par visio-conférence.

Poursuivre le soutien aux mesures de « maintien »

« Le premier objectif de la rencontre était de chercher à avoir un peu de lisibilité pour 2021 concernant la poursuite des aides financières pour les personnes ayant signé des contrats de mesures agro-environnementales et climatiques. Nous ne voulons surtout pas nous retrouver dans la situation de l’année dernière à se battre pour obtenir les enveloppes alors que les emblavements ont déjà eu lieu… », explique le président du Cédapa qui ouvrait ses portes aux décideurs politiques et administratifs. Dans cette période d’incertitude entre deux réformes de la Pac, le Collectif a d’ailleurs bien noté l’apport de Maria Fuentes Merino précisant que, d’un point de vue réglementaire, les contrats peuvent être reconduits d’année en année. Les contrats dits « évolution » arrivés à terme pouvant être alors basculés en « maintien » pour renforcer les approches « Systèmes » vers des pratiques économes et herbagères. Pour Patrick Thomas, « en phase d’évolution, les sommes versées sont toujours sécurisantes et justifiées par un manque à gagner pour l’agriculteur. Mais l’aide au maintien est également nécessaire pour la continuité des services rendus à la société en termes de réduction des impacts environnementaux et de biodiversité ».

« Des besoins d’argent partout »

Sur le terrain, les acteurs politiques et institutionnels ont pu mesurer la portée des MAEC. Avant de rappeler qu’en 2020, la Région a fait « un gros effort » pour assurer la poursuite du financement des contrats signés. « D’ici 2023 et la mise en œuvre de la nouvelle réforme, l’idée est de continuer le plus possible à l’identique. Mais c’est bien sûr une question d’argent. Nous faisons actuellement fonctionner l’ancienne Pac sur le budget de la nouvelle », a déclaré Michel Stoumboff. « MAEC, PCAEA, Installation… Il y a d’énormes besoins de soutien partout. »

Ecrire la Pac avant fin 2020
« Pour une entrée en vigueur de la réforme en 2023, la copie française doit être prête fin 2020. 2021 étant une période de négociation avec l’Europe avec l’objectif d’obtenir un feu vert en fin d’année. Ensuite, il faut compter un an pour développer les outils et logiciels d’application de cette nouvelle Pac », explique Michel Stoumboff. 
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer