CulturesIlle-et-Vilaine

Limiter l’érosion et la battance en semant sous mulch

A l’ETA Jouanolle, à Bourgbarré (35), le Horsch sème-exact permet de semer sous mulch en limitant au maximum le travail du sol puisque la terre n’est soulevée que sur 2 à 3 cm.

André Jouanolle, entrepreneur de travaux agricoles à Bourgbarré (35), est un adepte du semis direct. Il possède plusieurs types de semoirs spécifiques pour le semis direct. Dans le hangar agricole, une place est réservée aux 4 semoirs Horsch sème-exact, la 2e machine fabriquée par Horsch en 1982. « Ce semoir vient scalper le sol et la culture en place pour déposer la graine sous le mulch. On sème entre 7 et 10 km/h selon la dureté du terrain. L’objectif est de travailler le sol superficiellement, on ne prend que 2 à 3 cm de terre. Celle-ci est projetée derrière, la graine est déposée puis la terre fine vient la recouvrir. Les débris végétaux se déposent en dernier », décrit simplement André Jouanolle. Ces débris végétaux ont une grande importance puisqu’ils protègent le sol contre les phénomènes d’érosion et de battance.

Ne jamais semer en ligne droite

Le semoir ne possède pas de ligne de semis. C’est une planche de semis qui sème les graines comme à la volée. « C’est une machine à faire lever. Par contre, les mauvaises herbes en profitent aussi. Aujourd’hui, cela devient une vraie problématique car nous avons de moins en moins de matières actives autorisées pour désherber et on constate des phénomènes de résistances en ray-grass ou brome par exemple. » Il est possible d’enlever la planche de semis pour que la graine soit déposée au niveau du rotor afin d’être mélangée avec la terre lorsque les conditions sont humides. Il faut alors augmenter la dose de semis de l’ordre de 10 %. « Pour les petites graines, je préfère semer sans la planche. Le risque avec la planche de semis est de positionner la graine un peu trop profondément et d’avoir une levée hétérogène voire pas de levée du tout à certains endroits de la parcelle. » L’entrepreneur ne sème jamais en ligne droite : « Il faut biaiser à 70 % environ pour que l’outil nivelle le sol. »

Les lames changées tous les 150 ha

La partie mécanique du semoir que l’entrepreneur appelle la fraise est composée de lames. Ces dernières s’usent plus ou moins vite selon la nature du sol et la présence ou non de cailloux. « Ici on les change tous les 150 ha en moyenne. Chez certains, c’est à faire après 70 ha quand d’autres vont faire plus de 700 ha sans y toucher. » Il faut compter 1 000 € de pièces d’usure à chaque fois et une journée de travail pour changer toutes les lames. André Jouanolle a tout semé avec son Horsch sème-exact. « On sème régulièrement des dérobées de type RGI ou encore du colza fourrager. On fait aussi du semis de couverts végétaux après la récolte de l’orge et du blé. La prestation est facturée 85 €/ha aux clients et tout est fait en un seul passage. »

Il sème en conditions humides
Le semoir Horsch sème-exact a été très sollicité l’automne dernier lorsque les conditions étaient humides. « C’est le seul semoir que l’on peut utiliser dans ces conditions puisque l’on fait tout en un seul passage sans remuer le sol. L’utilisation de semoirs à disques était inenvisageable et je ne parle pas de l’utilisation de la herse rotative qui malaxe la terre. »
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer