CulturesMachinisme et équipements

Tapis rouge déroulé pour les andains

L’andaineur a tapis est un outil qui fait gagner en productivité tout en préservant la qualité du fourrage. Développé pour les producteurs de luzerne, il séduit de plus en plus les éleveurs laitiers sur des ray-grass.

La rapidité d’exécution du travail et la préservation du fourrage sont les deux principaux points forts de l’andaineur à tapis Merge Maxx 950 développé par Kuhn. Nicolas Abalain, éleveur laitier de Lanneufret (29), s’est équipé de ce type de machine pour « diminuer le nombre d’andains. C’est du temps de travail en moins pour la reprise à l’autochargeuse », a-t-il témoigné lors d’une démonstration organisée par la FDCuma 29. L’éleveur chiffre ce gain de temps : sur une parcelle composée de RGA, de trèfles violet et blanc, 28 andains étaient formés quand il utilisait un outil classique à double rotor. Sur cette même surface, seulement 8 andains sont désormais réalisés. « C’est une forte économie de carburant pour le ramassage à l’autochargeuse, de l’ordre de 2 000 € ». À cela s’ajoute le surcoût de temps de travail du salarié de la Cuma, ce qui porte ces économies à 3 000 € chaque année. Un coût de fonctionnement réduit nécessaire car l’andaineur à tapis coûtant autour des 60 000 € HT, soit le double d’une machine classique.

Pas de terre ni de pierres

« C’est une machine polyvalente, qui peut andainer à droite, à gauche, à gauche et à droite ou de manière centrale », explique Patrice Le Hir, de chez Kuhn. Le rabatteur Windgard assure une alimentation régulière en fourrage lors de la création de l’andain. « C’est un facteur de productivité lors de la reprise. Il n’y a pas de terre ou de pierres comme avec un outil à rotor qui va racler le sol ». Sur des petits andains, comme c’est le cas chez Nicolas Abalain avec une fauche toutes les 4 à 5 semaines pour chercher un fourrage de qualité, l’herbe et les feuilles de trèfle sont préservées, « tout en étant soufflées par le pick-up ». Travaillant sur une largeur de 9,50 m, la machine à tapis peut évoluer à des vitesses allant jusque 15 km/h. D’une masse de 4,8 t, cet andaineur ne demande pas forcément de grande puissance pour être tracté, car 3 patins évitent une pression forte au sol ; des ressorts apportent de la souplesse pour un bon suivi du terrain.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer