Economie, marchés et gestion

Le prix des terres reste stable en Bretagne

Le prix du foncier se maintient en Bretagne avec une moyenne à 5 050 €/ha quand la moyenne nationale se situe à 6 000 €/ha.

En 2019, la Safer Bretagne a reçu 31 247 notifications pour un total de 56 851 ha qui ont changés de mains et un montant de transactions de 2,983 milliards d’euros. « Le nombre de notifications réceptionnées a augmenté de 113 % entre 2014 et 2019 suite à l’application de  la loi d’avenir pour l’agriculture et la forêt rendant obligatoire aux notaires de notifier à la Safer toute vente ayant lieu à la campagne », explique Thierry Couteller, directeur de la Safer Bretagne lors d’un point presse le 16 juin à St-Brieuc. Le marché foncier agricole a été de 38 044 ha en 2019 en progression de 10 % par rapport à l’année précédente. 22 445 ha étaient accessibles à la Safer qui a décidé d’acquérir 6 390 ha soit 28 % du marché accessible. « C’est une année record pour la Safer Bretagne avec des acquisitions dépassant les 6 000 ha. Cela s’explique par la pyramide des âges et l’augmentation des départs en retraite des agriculteurs », note Thierry Couteller. 90 % des acquisitions se font à l’amiable, par conséquent la Safer ne préempte que dans 10 % des cas.

Des surfaces échappent à l’outil de régulation

« Il y a de plus en plus de surface agricole qui échappe à notre outil de régulation avec les montages sociétaires et les cessions de parts sociales », déplore Jean-Paul Touzard, président de la Safer Bretagne. 493 cessions de parts sociales ont été enregistrées en 2019 en Bretagne pour une valeur de 34,7 millions d’euros et une surface de 35 843 ha. « Ces parcelles agricoles sont reprises en dehors de tous les radars puisque la Safer est informé de ces cessions de parts sociales mais ne peut rien faire. Une nouvelle loi foncière devait voir le jour pour limiter ces dérives mais le ministre de l’agriculture a annoncé qu’elle ne verrait le jour que lors du prochain quinquennat », s’indigne Thierry Couteller.

Des fluctuations de prix dans chaque département

Depuis 1990, le prix des terres en Bretagne augmente de moins de 2 % par an. La moyenne triennale (3 dernières années) est de 5 050 €/ha quand la moyenne nationale se situe à 6 000 €/ha (hors vignes). Avec 4 départements tournés principalement vers l’élevage la moyenne de prix est assez homogène. « Il y a malgré tout des fluctuations à l’échelle de chaque département à Paimpol on va être autour de 7 500 €/ha quand dans le Mené on se situe à 4 000 €/ha. À Fougères on aura pas les mêmes rendements en herbe qu’à Redon, le prix des terres est en conséquence », illustre le directeur de la Safer.

Favoriser l’installation des jeunes
« La base de notre mission est l’installation de jeunes pour renouveler les générations », rappelle jean-Paul Touzard. La Safer a revendue 41,7 % des surfaces acquises en 2019 soit 2 229 ha en faveur de l’installation. Cela donne 114 installations dont 72 avec la DJA, 55 hors cadre familial et 45 en bio qui ont abouti grâce à l’intervention de la Safer. « En 2019, nous avons mis en place des portages bancaires avec achat différé du foncier pour les JA. 11 jeunes ont profité de ce nouvel outil pour moderniser leurs bâtiments d’élevages plutôt que d’investir directement dans le foncier. »
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer