Economie, marchés et gestion

Réforme des retraites : arrêt sur image…

Peu avant l’épidémie, la réforme des retraites était encore débattue au Parlement. L’exécutif comptait instaurer un nouveau Système universel des retraites (SUR), où la retraite serait calculée par points, quel que soit le régime. Tour d’horizon des principales mesures.

Le système universel remplacerait les 42 régimes existants, y compris les régimes de retraite complémentaire. Une caisse nationale de retraite universelle serait mise en place. Avec ce système par points, et non en trimestres, chaque heure travaillée ouvrirait droit à des points accumulés tout au long de la vie professionnelle, et enregistrés sur un compte personnel de carrière.

Des points de solidarité seraient attribués pour compenser les périodes d’interruption ou de réduction d’activité : chômage, maladie, éducation des enfants, aidant familial… Des points pourraient aussi résulter de versements volontaires : assurance volontaire vieillesse, rachat d’années d’études supérieures ou de période de stage… Les valeurs d’acquisition et de services du point évolueraient chaque année, et seraient à terme indexées sur les revenus.

L’âge légal inchangé mais…

L’âge légal de départ à la retraite ne serait pas modifié, il resterait à 62 ans. Mais la retraite “à taux plein” ne serait que pour les assurés partant à un âge dit d’équilibre… qui reste à définir. Un bonus/malus de l’ordre de 5 % serait appliqué aux assurés partant avant ou après cet âge dit d’équilibre. À compter du 1er janvier 2025, une retraite minimale à hauteur de 85 % du Smic serait instaurée, pour tous les assurés, avec des revenus modestes, et qui ont effectué une carrière complète.

Une retraite minimale de 1 000 € net mensuel serait garantie aux travailleurs indépendants et aux agriculteurs, remplissant les conditions d’éligibilité. Et ceci avant le 1er janvier 2025. La retraite pour carrière longue, handicap, incapacité permanente resterait possible, avec la possibilité de liquider la pension avant l’âge légal.
La retraite progressive, un temps “oubliée”, serait étendue à de nouveaux bénéficiaires. Et le cumul emploi retraite ouvrirait de nouveaux droits à retraite.

Au niveau de la retraite de réversion, elle serait attribuée, sous conditions, au conjoint survivant à partir de 55 ans. Dans le principe, la retraite de réversion compléterait les droits propres du conjoint survivant, jusqu’à représenter 70 % des ressources du couple, avant décès.

L’entrée en vigueur

Si la réforme est effectivement maintenue, la mise en place concrète prendra plusieurs années. Les personnes nées avant 1975, qui auront plus de 50 ans en 2025, ne seront pas concernées par le système universel. La génération 1 975 ou après sera la première concernée par la réforme, avec l’application d’une transition progressive entre l’ancien et le nouveau système. La génération 2004, qui aura 18 ans en 2022, sera la première à intégrer le système universel. Comme beaucoup d’autres textes législatifs, la réforme des retraites est suspendue. Qu’en sera-t-il après la crise sanitaire ? Nul ne peut le savoir…

Calcul de la retraite universelle
Nombre de points acquis sur la carrière x valeur du point x cœfficient en fonction âge d’équilibre. La retraite liquidée sera définitivement acquise et ne pourra être révisée.

Véronique Nédelec/ Cerfrance Finistère

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer