Élevage

La productivité des truies explose

60 000 kg de carcasse produits en plus par UTH et par an dans les ateliers spécialisés en dix ans. Cette évolution est liée à la productivité des truies et à l’agrandissement des structures.

Malgré la légère stagnation au moment de la mise aux normes bien-être des gestantes, la tendance de productivité se poursuit : 0,3 porc de plus par truie chaque année. Ajoutez à cela l’augmentation du poids moyen à l’abattage, lié à l’impact de la grille de paiement, et vous avez l’explication de l’augmentation du nombre de kilos vendus par truie chaque année. La productivité du travail s’accroît également. En une dizaine d’années, la progression par UTH représente près de 60 000 kg de carcasse produits, soit 28%. « 30% de cette hausse de volume produit par actif vient de la productivité des truies », précise Georges Douguet, du Cerfrance, intervenant au forum Trans Porc-In’, à Saint-Gilles, en janvier dernier. « 10% vient de la hausse du poids de vente et 60% de l’agrandissement des structures qui permet d’optimiser les élevages ». La hausse de productivité génère de la marge : « Un porc vendu/truie/an représente 60 € de marge par truie présente, en moyenne sur les cinq dernières années ». À titre de comparaison, un gai­­n de 0,1 point d’indice de consommation génère 75 € de marge par truie.

Rentabilité

L’augmentation de productivité est favorablement corrélée à la baisse du coût de revient (comme celle entre l’IC et le coût de revient). Plus l’élevage est productif, plus il écrase le coût alimentaire. « Il faut avoir une vision globale. On peut avoir un bon coût de revient avec une productivité moyenne ». Des charges de structure trop élevées peuvent annuler un écart positif en termes de marge brute. Pour autant, « on constate que ceux qui sont performants en productivité le sont généralement dans les autres domaines, notamment en indice de consommation ». Les élevages les plus rentables (quart supérieur) ont des charges de structure plus élevées par truie car ils ont investi dans leur outil et disposent d’un meilleur équipement. Ils produisent 8 porcelets de plus (que le quart inférieur). « Au final, l’écart de coût de revient leur est favorable de 10 ct d’€/kg grâce à un poids total produit bien plus élevé ».

Relation productivité/coût de revient (décembre 2019)

Niveau productivité

Groupe 100% achat aliment

Quart inférieur

Quart supérieur

Écart

Nombre de truies

172

260

88

SAU

44

60

16

Poids carcasse produit/truie

2042

2720

678

Productivité

22,6

30,9

8,2

IC global

2,85

2,63

0,22

Prix aliment

259,4

259,2

0,1

Prix charcutier

1,647

1,665

0,018

Marge/truie

1088

1726

638

Charge de structure/truie

902

1264

362

Dont atelier porc

737

1072

335

Amortissement+location/truie

250

438

188

Capital d’exploitation/truie

2823

4388

1565

Coût de revient

1,589

1,485

0,104

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer