Coopératives

L’organisation métiers et territoires, levier de la proximité

Comment répondre à une attente forte des agriculteurs, celle de la proximité, à travers l’organisation de sa représentation territoriale et métiers ?

Eureden, née depuis ce début d’année 2020 de l’union de Triskalia et des coopératives du Groupe d’aucy (Cecab et Coop de Broons) est un groupe agroalimentaire coopératif avec un très fort ancrage territorial. En Bretagne, Eureden rassemblera plus de 20 000 agriculteurs coopérateurs répartis dans les 4 départements bretons. Son organisation territoriale et métiers doit lui permettre de répondre aux attentes de proximité de ses coopérateurs.

Une nécessaire proximité entre le coopérateur et sa coopérative

De façon légitime, les attentes des agriculteurs vis-à-vis de leur coopérative en matière de proximité sont assez fortes. L’agriculteur est triplement lié à sa coopérative : en tant que sociétaire (il détient du capital), fournisseur (il livre ses récoltes) et client (il achète les semences, les engrais, différents matériels agricoles…). Il est donc important d’aller régulièrement vers les coopérateurs pour leur donner de l’information et aussi faire remonter leurs problématiques, leurs questions. La coopérative répond à cet enjeu par une double organisation : territoire et métiers.

Une animation territoriale au plus proche des réalités du terrain

L’organisation territoriale d’Eureden reposera sur 4 départements, 16 sections territoriales et 32 bassins de proximité. Chacun des 20 000 agriculteurs coopérateurs est rattaché à une section géographique. Chaque « strate » a son rôle : l’animation des sections et la représentation extérieure pour le département, le socle statutaire pour les sections territoriales et l’initiative locale pour les bassins de proximité (réunions bout de champ, réunions d’information sur la collecte, bilans de campagne, journées portes ouvertes…). Chacune des 16 sections territoriales sera dotée d’un conseil de section territoriale dans lequel seront abordés tous les sujets relatifs à la coopérative sur son territoire. Cette animation doit respecter la richesse et la diversité de nos territoires bretons.

La promotion JA Eureden réunie à Saint-Gérand (22).

La répartition des coopérateurs sur des sections de taille raisonnable correspondant à des bassins de vie ancrés dans le territoire répond à un objectif précis : rester au plus près des agriculteurs et limiter le risque d’affaiblissement du lien entre ces derniers et la coopérative. Ceci est d’autant plus important dans une phase de constitution d’un nouvel ensemble comme Eureden.

Une animation métiers au service de la polyvalence de la coopérative

La représentation métiers est structurée au sein de sections ou commissions spécialisées. Elles permettent d’élargir le cercle des élus au-delà des administrateurs, avec des élus qui ont une très bonne connaissance de leur production ou de leur territoire. C’est dans ces conseils spécialisés que se gère le quotidien de la production. Concrètement, on y traite les évolutions techniques et réglementaires, le contexte marché (amont et aval), les attentes des clients… Dans les deux cas, en format territorial ou spécialisé, les conseils de section sont des lieux d’échange qui permettent de faire remonter rapidement les remarques des coopérateurs dans leur relation avec la coopérative.

Un schéma moderne

À travers ces organisations métiers et territoire, les coopératives donnent la parole à leurs coopérateurs : ce fonctionnement est complètement dans l’air du temps. À l’heure où la Société demande à être écoutée, la coopération développe un modèle qui le permet depuis longtemps. Le travail collaboratif est la base même de la coopération. Mais ce modèle, nous devons le rendre vivant, pour donner envie à nos coopérateurs de s’investir. Nous offrons beaucoup d’opportunités aux agriculteurs de s’exprimer dans l’année, c’est à eux de s’en saisir !

Organisation des métiers : l’exemple d’Eureden
Le pilotage des métiers de la coopérative sera assuré par 7 sections spécialisées par production (légumes, porcs, œufs, volaille de chair, bovins, lait et céréales). Des commissions spécialisées (agrofourniture, nutrition animale…) et transverses complètent le dispositif (biologique, développement durable, vie coopérative, communication…). Des sous-commissions ou groupes de travail peuvent être créés. Enfin, la question des jeunes agriculteurs est traitée dans le cadre d’une promotion JA qui regroupe 35 jeunes.

Denis Ernotte / Eureden

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer