Economie, marchés et gestionIlle-et-Vilaine

Les attentes des repreneurs se diversifient

Se montrer ouvert aux projets des jeunes et afficher de la transparence, telles sont les clés d’une transmission réussie.

« En 2018 en Bretagne, 55 % des chefs d’exploitation ont plus de 50 ans. Le nombre de fermes à reprendre va rester important dans les prochaines années. Mais en face, les candidats sont nombreux aussi. Le nombre d’installations aidées a été de 472 en 2018 et devrait être de 520 en 2019. Le nombre total d’installations est supérieur à 700… », a chiffré Annette Hurault de la Chambre d’agriculture lors de la 6e rencontre du Réseau transmission, le 19 novembre à Rennes. Dans les faits, les cédants ne trouvent pas forcément de repreneurs. L’inadéquation des projets d’installation et de transmission se renforce. « La palette de productions envisagées s’élargit. Le nombre d’installations en bio s’accroît. Il correspond aujourd’hui à 30 % des installations aidées. Les projets en circuits courts pèsent 22 %. »

Des points de décalage entre cédants et repreneurs

Sur le RDI (répertoire départ – installation) en Bretagne, les offres en lait et porc sont supérieures à la demande. Les recherches d’associés sont nombreuses. D’autres points de décalage entre cédants et repreneurs sont la localisation, la taille, le financement, les délais nécessaires, la différence culturelle ou générationnelle… « Le profil des jeunes évolue, ils ont des critères de reprise définis. Les cédants doivent être conscients que leur exploitation peut évoluer après leur départ, ils doivent se montrer ouverts aux projets des candidats qui seront confrontés demain à des enjeux nouveaux », souligne Laëtitia Bouvier, secrétaire générale de la FDSEA 35.

Des terres groupées, une attente récurrente

Par exemple, Arnaud Juillard et Mathieu Roetta recherchent une exploitation à reprendre sur le nord du département, avec un fort potentiel de pâturage. Ils sont tous les deux ingénieurs de formation et leurs parents ne sont pas agriculteurs. Ils ont commencé leur recherche en juin 2019, via le RDI, des agences immobilières ou Internet. « Nous avons eu 10 contacts et réalisé 4 visites. Les cédants nous ont bien accueillis mais les fermes ne correspondaient pas à notre projet. Nous allons peut-être élargir notre zone de recherche », expliquent-ils. « Les cédants pourraient peut-être parfois rendre leur exploitation plus transmissible avec des échanges parcellaires… »

Aymeric Juin et Gaspard Janots vont très prochainement reprendre une exploitation qui était en fleurs coupées. Ils s’installent en maraîchage après deux ans de recherche. « Nous avons eu un très bon contact humain avec notre cédante et avons rapidement trouvé un terrain d’entente. Le problème des offres actuelles est qu’il y a beaucoup de grands bâtiments mais avec peu de terres… », souligne Aymeric Juin.

Le contrat de parrainage facilite la reprise
Certains cédants mettent en place un contrat de parrainage avec leur repreneur pour faciliter son installation. C’est le cas de Martine et Francis Delaunay qui accueille Loïc Le Guillou sur leur exploitation pendant un an. « Je vais me familiariser avec le système herbager notamment », explique le jeune ajoutant que dans ce type de contrat il faut du « donnant-donnant » pour le travail. Serge Jeuland a, quant à lui, conclu un contrat de parrainage de 5 mois avec Nicolas Lebrun. « Je vais apprendre à connaître le troupeau, l’environnement, les partenaires de l’exploitation… », note le jeune qui dans son projet recherchait (et a trouvé) des terres groupées et une Cuma à proximité. Le cédant souligne qu’il est important « de préparer assez tôt sa transmission et d’avoir les autorisations d’exploiter et les promesses de baux signées avant. »
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer