Politique et Syndicalisme

Défendre l’accès au foncier des paysans

L’UDSEA-Confédération paysanne fait le point sur sa présence au conseil d’administration de la Safer et interpelle sur les dossiers incomplets déposés à l’administration, qui risquent de simplifier le schéma des structures.

« Nous avons gagné en poids en entrant dans le conseil d’administration de la Safer. Nous avons désormais plus de visibilité sur la manière dont les choses sont faites », introduit Jérôme Jacob, éleveur de porcs à Quimper et représentant l’UDSEA-Confédération paysanne au comité technique Safer. La loi d’orientation agricole de l’ancien ministre Stéphane Le Foll a en effet ouvert ces instances aux syndicats minoritaires. « Dans 95 % des cas, le schéma des structures est appliqué. Pour les dossiers concernant des projets en agriculture biologique, nous nous sommes rendu compte qu’il y avait beaucoup d’a priori sur le sujet. Il était nécessaire de faire rentrer des gens qui connaissent très bien la bio ». Ainsi, la Confédération paysanne a obtenu la présence du réseau Gab-Frab à titre d’expert dans les comités techniques Safer. « C’est passé de justesse, c’est une victoire pour la Confédération paysanne », estime Jérôme Jacob, lors de l’assemblée générale du syndicat.

Les dossiers doivent être complets

Ronan Le Cleach, représentant CDOA, CDCEA et CDAF, félicite pour sa part les salariés de l’administration pour le travail fait, mais alerte sur la gestion des dossiers. « Il faut que la DDTM ait des dossiers complets pour les traiter. Il y a trop d’erreurs dans les documents ». Ces dossiers incomplets ou erronés risquent à terme de servir de prétexte pour une simplification du schéma des structures. Lors de CDOA, « nous travaillons avec un critère très complexe qui mixe la proximité et la taille économique. Le risque est de voir disparaître ce critère. Qui aura alors la primauté de la proximité ou de la taille économique ? », se questionne Ronan Le Cleach. Fidèle à ses valeurs, la Confédération paysanne préfèrant sans hésitation favoriser l’accès au foncier de petites fermes plutôt que d’agrandir des structures déjà conséquentes.

Une nouvelle équipe en place
Le comité départemental du syndicat se renouvelle. A l’issue de l’assemblée générale, Vincent Pennober, porte-parole, a indiqué « Même si je me retire de mes différents engagements syndicaux départementaux, je continuerai à participer à la commission lait pour poursuivre les actions en cours ». Ces actions visent les plaintes contre les laiteries et coopératives, la défense du revenu.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer