L’OP des producteurs Silav et LNA est en bonne voie

 - Illustration L’OP des producteurs Silav et LNA est en bonne voie
Autour de Nathalie Carmès, élue présidente, les membres du bureau de la nouvelle Association des producteurs de lait du bassin armoricain (APLBA) : Thierry Allée (1er vice-président), Jean-François Brugalay (2e vice-président), Christelle Jubin (secrétaire générale), Madeleine Valo (secrétaire générale adjointe), Patrick Gicquel (trésorier), Olivier Français (trésorier adjoint).

Annoncée lors des réunions de producteurs cet hiver, la fusion des associations Silav et LNA en vue de créer une OP commune pouvant négocier un contrat-cadre collectif avec Laïta a eu lieu mardi 2 avril à Plérin (22). La nouvelle structure se nomme l’Association des producteurs de lait du bassin armoricain (APLBA). Sa première présidente, Nathalie Carmès, a exprimé sa satisfaction au sortir de ce rendez-vous constitutif : « Pour créer une OP, il faut 200 mandats de négociations ou représenter 60 millions de litres de lait collectés. Nous avons récupéré 224 dossiers complets d’adhérents et d’autres doivent nous parvenir ces prochains jours. » Un contrat appliqué pour la prochaine campagne laitière Sur 600 livreurs concernés représentant plus de 20 % du volume collecté par Laïta (majoritairement dans les Côtes d’Armor, mais aussi en Ille-et-Vilaine et dans le Morbihan), « en une seule journée, c’est inespéré », estime la productrice de lait de Louargat (22). Maintenant, les responsables de l’APLBA vont mettre en forme le dossier de demande d’agrément en OP pour un dépôt prévu début mai et un passage en commission en juin. « Dès cette semaine, les membres du Conseil d’administration vont aussi commencer à travailler sur le contrat-cadre que nous voulons présenter officiellement à Laïta en septembre. L’idée est de travailler en bonne intelligence avec le groupe laitier pour aboutir à une formule de prix du lait précise et transparente. » Objectif : que le lait des producteurs soit collecté sous contrat au plus tard au 1er avril 2020. « Et si possible avant… » Parallèlement, de nouveaux éleveurs peuvent rejoindre l’association et les administrateurs ont prévu de se déployer prochainement sur le territoire pour expliquer le projet, le fonctionnement des mandats de négociation de 5 ans… « Plus il y aura d’adhérents, plus nous aurons du…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article