Economie, marchés et gestionMorbihan

Du concret en licence pro

Licence pro GOAA Agri-manager

Camille Roulleaux suit une formation en gestion des organisations agricoles et agroalimentaires à l’IUT de Pontivy. Elle apprécie les nombreuses interventions de professionnels de l’entreprise.

Une bonne surprise. Ce sont les mots qui viennent à l’esprit de Camille Roulleaux quand elle pense à la formation en alternance qu’elle a entreprise en septembre dernier. « On me disait que cette licence est semblable au BTS Acse, que j’ai obtenu en 2018, mais il y a beaucoup plus de travaux de groupe et un travail de recherche personnel plus approfondi. Je découvre de nouvelles matières, com-me les relations humaines, la sociologie. Cela n’a rien à voir avec la technique agricole mais c’est tellement important à l’échelle d’une exploitation où plus personne ne travaille seul ».

Le droit du travail est une autre nouveauté. L’étudiante, qui n’est pas issue du milieu agricole, apprécie particulièrement les cours à l’Université de Bretagne Sud (UBS). « Il y a beaucoup d’intervenants extérieurs. Ils viennent du monde de l’entreprise (Coopératives, entreprises privées de différentes filières…). C’est du concret ». Tout comme l’étude de marché réalisée en groupe pour un jeune maraîcher en passe de s’installer et de commercialiser en direct. « Un travail de terrain qui nous a amenés à enquêter sur les marchés de la région Pontivy-Loudéac ».

Voir aussi :  Un stage sur les services environnementaux

Réflexion stratégique

Chaque étudiant travaille en alternance sur une exploitation agricole de son choix. Camille, contrairement à ses collègues, réalise son apprentissage dans un centre de gestion (Cogédis). « Chacun de nous mène un travail de réflexion stratégique sur sa ferme de stage. Pour ma part, je le fais sur l’exploitation où j’ai effectué mon stage de BTS ». Ils étudient différents scénarios techniques et les évaluent économiquement. Son mémoire de fin de licence portera sur un thème émanant de la Loi de finances 2019. À l’issue de la formation qui, selon elle, lui a ouvert l’esprit, elle recherchera un emploi. Elle se verrait bien sur une ferme laitière, si l’opportunité se présente. En entrant dans une société avec des collègues associés.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer