Cultures

Booster le départ du maïs

Conseil de saison

La recette est connue. Pour éviter ces maïs qui deviennent violacés, l’assurance 18-46 est fréquemment mise en œuvre en Bretagne. Pour tirer les bénéfices de cet engrais starter, il convient de bien le positionner : ni trop près, ni trop loin de la graine. Idéalement, le 18-46 « doit être placé 5 cm à côté de la semence et 5 cm en dessous », selon les recommandations de Arvalis-Institut du végétal. « Trop loin, il est inefficace et ne joue plus son rôle de « booster » de la culture ; trop près, l’acide phosphorique peut brûler le germe et provoquer une perte de pieds/ha.

La localisation de l’engrais au semis du maïs permet d’apporter le phosphore, élément peu mobile, à proximité des racines, ce qui se traduit par une meilleure vigueur au départ. Cette pratique est particulièrement recommandée lorsque les conditions de semis sont difficiles : sol froid, présence de ravageurs du sol…

L’association de micro-organisme et de spores de champignons mycorhiziens est une technique qui s’aventure actuellement sur le créneau de l’ultra-localisation. Objectif, utiliser une bactérie Bacillus qui vit dans le sol proche de l’extrémité des racines (apex). La bactérie utilise des sucres produits par la plante, en contrepartie elle lui fait profiter de sa capacité à solubiliser le phosphore. Cette bactérie émet également des molécules qui stimulent la croissance des racines.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer