Politique et Syndicalisme

Pac 2020 : Un calendrier très incertain

Le Parlement européen hésite encore à adopter sa position sur l’avenir de la Pac en plénière avant les élections européennes du mois de mai.

Un premier débat, organisé le 29 janvier, a montré que les députés de la commission de l’agriculture du Parlement européen (Comagri) sont encore très divisés sur l’avenir de la Pac. Des divisions sur le fond, mais aussi sur la forme, avec un calendrier toujours aussi incertain.

Le vote en plénière en question

La plupart des porte-parole des groupes politiques au sein de cette commission considèrent qu’il ne faut pas que le Parlement européen adopte sa position avant les élections européennes, cette tâche devant être laissée à la future Assemblée qui aura de toute façon la charge de négocier avec les États membres. Seulement, la conférence des présidents du Parlement européen met la pression sur les différentes commissions (dont celle de l’agriculture) pour que l’Assemblée soit en mesure de se prononcer sur l’ensemble des propositions pour l’après-2020 au plus tard lors de la dernière session plénière de la législature, du 15 au 18 avril. Difficile à ce stade de savoir qui aura le dernier mot. Au Conseil, où le calendrier n’est pas plus clair, les experts nationaux poursuivent leurs discussions en Comité spécial agricole (CSA). Lors de leur dernière réunion, le 4 février, ils se sont penchés sur un certain nombre de points touchant aux paiements directs.

Demandes de flexibilités à tout-va

Au cours des discussions, de nombreuses délégations ont une nouvelle fois demandé de la souplesse pour appliquer les règles. Concernant la définition des « agriculteurs », les États membres souhaitent une application volontaire de ce dispositif ou que plus de flexibilité leur soit accordée.
Même positionnement sur le plafonnement et la dégressivité des aides : la plupart des délégations souhaitent un système volontaire dans lequel les États membres pourraient décider librement des seuils et du pourcentage de réduction. Certains voudraient que soient exemptés de ces dispositifs les jeunes agriculteurs, les paiements pour les éco-dispositifs et les aides couplées. Et sur le paiement redistributif (prime aux premiers hectares des exploitations), nombreux sont ceux qui veulent une application volontaire ou, à défaut, une plus grande souplesse. Le rapporteur du Parlement européen propose une dégressivité des aides à partir d’un seuil de 150 000 € au-dessus duquel les soutiens seraient réduits de 25 % sauf si l’État membre consacre 5 % de son enveloppe nationale à des paiements redistributifs.

Enfin, les experts des États membres se sont félicités de la suggestion de la présidence roumaine du Conseil de supprimer des exigences de la conditionnalité des aides le nouvel « outil de durabilité des fermes pour les éléments nutritifs » voulu par Bruxelles. Mais ils s’opposent désormais à l’inclusion de cet outil dans le cadre des services de conseil agricole. La présidence roumaine espère pouvoir présenter d’ici la réunion des ministres de l’Agriculture de l’UE le 18 mars à Bruxelles un projet de compromis sur la future Pac qui servira de base de travail pour aboutir à une approche générale partielle sur les propositions de la Commission en juin.

Brexit, des mesures d’urgence
D’autre part, les préparatifs s’intensifient pour faire face à un éventuel Brexit sans accord fin mars. Bruxelles assure avoir les moyens de dédommager les agriculteurs des Vingt-sept, dont les ventes sur le marché britannique seraient fortement affectées, tandis que, de son côté, l’industrie agroalimentaire de l’UE réclame des mesures temporaires pour éviter les perturbations inévitables qui seraient engendrées.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer