Economie, marchés et gestionTop

Écrasé, submergé par le travail : Et s’il n’y avait pas de fatalité

Débordé, dépassé ? Et si chacun prenait le temps de s’interroger pourquoi. Et surtout, comment remédier à ces situations intenables dans le temps.

« Dans notre métier, nous avons des contraintes. Mais il faut savoir regarder ailleurs ». Regarder ailleurs pour se rendre compte qu’agriculteur n’est pas le dernier métier du monde. Loin de là. C’est en tout cas ce que pense Jean-Jacques Deniel, éleveur laitier à Plabennec (29). « En fait, je constate que nous avons plus de liberté et une meilleure qualité de vie que dans bien d’autres professions », est convaincu cet agriculteur. Et de faire observer qu’un agriculteur dispose en fait de plus de leviers que d’autres pour améliorer ses conditions de travail.

Se simplifier la vie

Seul sur son exploitation au moment de son installation, Jean-Jacques Deniel a très vite délégué l’essentiel des travaux des champs à une ETA. Une façon de disposer de temps pour se consacrer pleinement à son métier d’éleveur ; une façon aussi de ne pas engouffrer des sommes d’argent importantes dans du « matériel de cultures » qu’il compare volontiers au « cancer de l’élevage ».

« Par ailleurs, j’ai toujours essayé de me simplifier la vie avec les outils informatiques », dit encore cet éleveur de Plabennec, en indiquant qu’il a opté pour la traite robotisée en 2007. Un moyen entre autres de lever l’astreinte de traite, notamment du week-end, et répartir autrement le travail sur la journée quand on ne peut compter que sur soi-même. « Depuis, j’ai embauché un salarié pour compenser mes absences pour mandat professionnel », précise-t-il.

50 ans pour se payer une remorque

Se délester du travail des champs, c’est également ce qu’a fait Ronan Kerrien, associé sur une exploitation lait-légume-œuf à Taulé (29). « Cela fait 20 ans que je n’ai pas labouré une seule parcelle », se félicite cet agriculteur. L’argent qui n’a pas été mis dans le matériel de travail du sol a été orienté vers l’élevage. « Nous avons investi dans des outils qui nous allègent la charge de travail et l’astreinte : détecteur de chaleurs, pousse-fourrage, etc. » Et l’agriculteur qui a été 26 ans président de la Cuma du Frout de sortir cette comparaison qui ne laissera pas insensible même le plus fervent partisan de matériel en propre : « Comparativement au prix pratiqué en Cuma, il faut 50 ans pour s’acheter une remorque monocoque ».

Benoît Le Rolland, installé à Henvic (29), se rappelle quant à lui « des nuits courtes » de ses débuts d’agriculteur quand arrivaient les périodes de gros travaux des champs. Jusqu’à ce qu’il frappe à la même Cuma du Frout dont les 4 chauffeurs (+ 2 salariés en complément de main-d’œuvre sur les exploitations légumières) s’occupent des 1 000 ha détenus par 18 exploitations adhérentes. « Aujourd’hui, le travail est fait à temps et les cultures sont propres », constate cet agriculteur et coprésident de la Cuma. Il poursuit : « Au-delà du coût plus bas, il y a aussi tout le temps que l’on gagne ». Et tant pis si quelques années plus tard Benoît Le Rolland n’est plus du tout certain de « savoir démarrer le dernier tracteur acheté par la Cuma ».

Le vendredi c’est…

Mais dans une exploitation agricole, il n’y a pas que les machines. Il y a aussi ce qui est moins visible… mais non moins encombrant : le travail administratif. Un travail qui mérite mieux que d’être reporté ou réalisé à « temps perdu » comme le soir ou le week-end. C’est ce qui a conduit Josette Boutouiller, salariée à mi-temps sur l’exploitation de son époux – 30 ha de légume de plein champ ; 2 ha sous abri ; 4,5 temps plein – à concentrer le travail administratif sur la journée du vendredi. « Par le passé, on se débrouillait pour réaliser ce travail le week-end, les jours de pluie », se rappelle-t-elle. « Mais au bout d’un moment on se dit : ça suffit. De plus, en concentrant le travail sur une journée, cela permet de voir et de montrer qu’il s’agit d’un travail à part entière », fait observer Josette Boutouiller qui note que, désormais, elle a « une semaine de retard au maximum ». Une « performance » que d’aucuns aimeraient bien atteindre. Il suffit peut-être tout simplement de décider et de s’y tenir…

Des solutions à notre portée

Le comité de développement de la zone légumière s’appelle désormais Résagri légumes 29. Avec ce slogan : « Cultivons et élevons nos idées ». C’est pleinement ce que nous avons fait vendredi dernier lors de notre assemblée générale consacrée à l’organisation du travail. Les exploitations de la zone légumière doivent, à l’instar des autres exploitations bretonnes, trouver des solutions face à une surcharge physique et mentale de travail. Le problème est d’autant plus fort dans notre secteur que dans le Léon les installations dans le cadre familial sont plus nombreuses qu’ailleurs et que les parents constituent une part importante de la main-d’œuvre.

Odile Caroff, présidente Résagri légumes 29
Mots-clés

Peut vous intéresser

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer