Cultures

Pomme de terre : Améliorer sa structure de sol grâce aux couverts

Victor Leforestier, producteur en Seine-Maritime, est venu apporter son expérience lors d’une journée dédiée aux couverts végétaux implantés après pomme de terre.

Les cultures de pomme de terre peuvent poser des problèmes d’érosion, et par conséquent de pollution des eaux. Dans cette optique de limiter les pertes de sols et d’éléments nutritifs, Bretagne Plants et le syndicat de bassin de l’Élorn ont convié Victor Leforestier, agriculteur en Seine-Maritime, pour témoigner de son expérience, à Landivisiau (29). Cultivant des betteraves sucrières et rouges, la ferme d’une centaine d’hectares du jeune agriculteur est aussi implantée en lin et en pomme de terre. « Cette culture demande un fort travail du sol. Pour autant, on peut améliorer la structure de son sol », confie-t-il. Des couverts, plus ou moins complexes, ont aidé l’agriculteur à préserver son capital sol. D’autres pistes, comme « une irrigation au goutte-à-goutte de certaines parcelles ou la création de micro-barrages » limitent les effets de ruissellement. Le système de culture est aussi passé par un abandon du labour pour ces mêmes raisons.

L’azote limite la mycorhization

Et le producteur s’avère aussi être chercheur. Dans un essai mené, il a observé l’action du travail du sol et de la fertilisation sur le développement des mycorhizes, champignons nourrissant par symbiose les racines des végétaux. « Il y a plus de mycorhize dans un sol sans apport d’azote et labouré que dans un sol labouré mais avec fertilisation ». La condition la plus favorable pour le développement de ces champignons se situe dans une parcelle semée en direct, sans fertilisation. « La plante pompe l’azote et développe les mycorhizes, comme le montrent des essais en blé ». Toute cette vie du sol a besoin d’oxygène pour vivre, c’est pourquoi la compaction est l’ennemi numéro 1 des cultures et des micro-organismes.

De l’air !

« Pour la pomme de terre, les passages d’engins se font sur 100 % de la parcelle. Il faut donc être vigilant sur le poids des engins. Le repère à ne pas dépasser est de 6 t par essieu (10 t en conditions sèches), pour ne pas tasser à plus de 30 cm de profondeur. Au-delà, on ne s’en rend pas compte mais le sol se serre ». Ce tassement a des conséquences sur les rendements, « plus criant sur les cultures de printemps. Si une zone avec 20 % de sol tassé permet un rendement en pomme de terre de 50 t/ha, il ne sera plus que de 40 t/ha si 80 % de la parcelle est tassée », chiffre Victor Leforestier. En blé, la baisse de rendement entre une zone tassée ou non va de 0 à 25 %, elle sera de 30 % en betterave.

Ne pas laisser partir l’azote
Cette journée a aussi été l’occasion de présenter les résultats d’un essai de différents couverts courts, semés après récolte de pomme de terre et détruits avant semis d’une céréale. « La pomme de terre a été récoltée au 28 août, le couvert a été implanté au 11 septembre. À cette date, les reliquats d’azote s’élevaient à 100 kg/ha, répartis à 67 unités sur le 1er horizon, et 33 sur le second », explique Philippe Dolo, technicien chez Bretagne Plants. Le jour du semis de la céréale (au 31 octobre), le reliquat sur sol nu était de 94 unités, mais les proportions d’azote dans les horizons se sont inversées. « Il n’y a pas eu de lame drainante », explique le technicien. Sur l’essai, le couvert ayant pompé le plus d’azote est composé de phacélie et de radis chinois. Il aura pompé 96 unités d’azote en 56 jours.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer