Energies et environnementMorbihan

Se regrouper pour vendre son bois

Difficile de trier et de vendre son bois quand on possède seulement quelques hectares de forêt. C’est le cas pour bon nombre de propriétaires morbihannais. L’adhésion à un GIE peut être une solution.

Le Morbihan est le département le plus boisé en Bretagne. La forêt représente 19 % du territoire, contre seulement 12 à 13 % dans les départements voisins. Quelques milliers de propriétaires privés se partagent 95 % du territoire forestier. « Dans ce contexte morcelé, il est difficile pour les petits propriétaires, souvent peu informés et peu impliqués dans la filière forêt-bois, de gérer de manière éclairée leur parcelle et encore moins d’en tirer un profit conséquent », explique Alain de Chabannes, président de Fransylva Morbihan. Partant de ce constat, quatre propriétaires bretons ont eu l’idée en 2010 de créer un GIE (Groupement d’Interêt Economique) pour la mise en commun de leurs ressources.

En groupant leurs efforts, ils ont pu garder une autonomie de gestion qui leur assure une importante souplesse de fonctionnement. Le succès de cette initiative ne s’est pas démenti : le GIE regroupe aujourd’hui une vingtaine d’adhérents, et compte depuis sa création 400 000 m3 de bois vendus. La dernière opération, réalisée à Saint-Gonnery, montre tout l’intérêt de la structure. « Un propriétaire, qui possède une vingtaine d’hectares de bois, nous a contacté pour exploiter une parcelle à maturité », indique André Allanic, l’un des quatre membres fondateurs. « Il lui était difficile d’exploiter seul car, comme la majorité des propriétaires, il ne s’agit, pour lui, que d’une activité annexe ». Le propriétaire a pu profiter de l’augmentation des prix liée à la conjoncture : une augmentation de la demande en palettes et en bois de construction.

Gestion de la forêt

Le GIE fonctionne uniquement sur le bénévolat et l’autonomie. Les propriétaires sont impliqués dans toutes les étapes de la gestion. En nouant des liens de confiance avec les acteurs en aval de la filiale, le GIE délègue la question du transport aux scieurs et aux clients : ainsi 95% de la vente est faite en bord de route. « C’est assez original de faire participer tous les propriétaires à la commercialisation. Cela leur ouvre les yeux sur le monde de l’industrie du bois. Et quand on implique dans la commercialisation, on implique aussi plus tard dans la gestion de la forêt » explique André Allanic. La mise en commun des coûts, la gestion réfléchie et la négociation groupée permettent aujourd’hui aux forestiers privés du Morbihan de profiter pleinement de l’embellie du marché et de vendre leurs essences à un prix qui n’avait pas été atteint depuis 2013.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer